Blogue version 2

Le 21 octobre 2012.

Le 21 octobre 2012, j’ai voulu écrire un blogue. Un blogue que je trouvais très important. Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas connectée sur mon blogue pour écrire. Comble de malheur, je me suis connectée pour découvrir que j’étais incapable d’ajouter une entrée dans mon blogue!

Ce problème technique, quelle que soit sa source, m’a empêché d’écrire mon entrée de blogue. Espérant que le problème serait réglé dans les prochains jours, je me suis promis d’écrire mon fameux texte un peu plus tard. Seulement voilà, le temps a passé, et le problème en question subsiste.

En personne débrouillarde que je suis, j’ai donc cherché et trouvé un nouveau blogue qui, entre autres qualités, me permet d’ÉCRIRE!!

Qu’ai-je donc fait de si important, le 21 octobre 2012? J’ai commencé une nouvelle toile. Pas n’importe laquelle: la toile qui servira éventuellement d’image de couverture pour le premier roman que je publierai. Ce roman n’est pas encore terminé, évidemment, mais il s’agit de mon projet qui risque d’être terminé, et donc publié, en premier.

Cette image, je l’ai en tête depuis longtemps. Peut-être pas depuis le début de l’écriture de l’histoire en question, celui-ci remontant à ma première année de Cégep… Mais depuis longtemps.

Comme toute image qui est si claire dans ma tête, j’aimerais qu’il existe une sorte d’imprimante spéciale, qui se branche directement dans le cerveau, et qui permet de faire sortir l’image telle qu’elle est. Comme ce genre d’imprimante n’existe pas, il me faut la créer! Créer l’image, pas l’imprimante…

J’ai donc commencé par faire des croquis. Puis, j’étais partagée entre l’envie et le besoin de faire beaucoup plus de croquis, détaillés, longs, précis, afin de m’assurer que tout soit fait le mieux possible, selon les spécifications de l’image qui habite dans ma tête, et l’envie et le besoin de commencer à peindre au plus vite!!

C’est l’envie de commencer à peindre au plus vite qui l’a emportée. Je suis consciente de l’importance de la toile que je peins, et du temps que je risque de devoir passer à sa création. Pour l’instant, je suis plutôt satisfaite de ce que j’ai fait, même si le plus gros reste à faire.

Maintenant que j’ai retrouvé l’usage d’un blogue, j’ai oublié une bonne partie de ce que je voulais écrire le 21 octobre 2012… Mais je parlerai plus tard de mon cheminement dans la création de cette nouvelle toile, qui pour l’instant porte le nom poétique de «grand carton qui traîne dans un coin sur un chevalet».

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s