Le film de la semaine: La possession de Paul Twist

Le film de la semaine est La possession de Paul Twist, ou Final Draft dans sa version originale anglaise. Le film n’a même pas de page Wikipédia en Français, et je viens de lire pleiiiin de commentaires négatifs à son sujet…

Je l’ai enregistré sur Frissons TV, qui en donnait ce résumé: «Un scénariste qui s’est enfermé dans un appartement afin d’écrire un film d’horreur se sent devenir la cible du tueur qu’il a créé.»

Bon, à partir du moment où le personnage principal du film a déclaré «Il faut que je termine ce scénario, même si ça doit me tuer», c’est devenu évident à 200% qu’il allait mourir à la fin du film. Il ne faut jamais dire des choses comme ça, voyons, Paul!

En lisant le résumé du film, je me suis demandée si le tueur inventé allait vraiment devenir réel… ou si tout allait se passer dans la tête du scénariste.

Le tueur en question est un clown psychopathe au visage à moitié brûlé, qui tue des gens en déguisant ses meurtres en suicides… et (malheureusement, ou heureusement?) il ne devient pas réel dans le film, mais n’est qu’une représentation de la folie de son créateur.

Car le pauvre scénariste, après avoir passé quelques jours enfermé seul dans son appartement, commence à perdre la tête… Il se met à parler à des photos et à des vidéos, il hallucine toutes sortes de choses, et sa vie devient de plus en plus incohérente, jusqu’à ce qu’il soit la «victime» du clown… Il y en a qui ne sont pas faits forts! Je suis sûre que j’aurais été capable, moi, de passer autant de temps enfermée dans mon appartement avec des réserves de bouffe, et tout le temps du monde pour écrire! Mais bon, c’est une autre histoire…

Contrairement aux gens qui ont écrit plein de commentaires négatifs sur ce film, moi, je l’ai apprécié. Il ne fallait juste pas s’attendre à un film de clown qui tue des gens. C’était un film d’horreur psychologique, où tout se passait lentement, et où rien n’était vraiment effrayant, sauf peut-être le fait que le pauvre gars avait vraiment des problèmes dans sa tête, et qu’il n’aurait pas dû demander à son ami de l’enfermer chez lui.

Écrire des histoires, ça peut être plus dangereux qu’on se l’imagine…!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s