Le film de la semaine: Le souffle de la peur

Le film de la semaine est Le souffle de la peur, version française de The Wind, un film américain de 1986. Eh oui, c’est encore un film d’écrivaine en péril!

Frissons TV en donnait ce résumé: «Une romancière populaire se rend dans un village grec historique pendant la basse saison pour écrire son prochain livre et se met à soupçonner un homme d’avoir commis un meurtre.»

La romancière en question s’appelle Sian, ou Sean, dépendant de qui prononce ou écrit son nom. Après quelques recherches, j’ai compris que Sian est un nom gallois qui se prononce «Sharn», et qu’elle a choisi Sean comme nom d’auteure, sans doute pour le simplifier auprès de ses nombreux fans américains.

Sérieusement, son nom était un des aspects les plus intéressants du film. Et l’aspect le plus troublant du film, c’était ses yeux… Ils sont d’un bleu si pâle que parfois, selon l’éclairage, ils avaient l’air d’être complètement blancs, un peu comme si elle avait des yeux de zombie! C’était assez bizarre.

Donc, comme le promet le résumé, Sian loue une villa dans un village grec très vieux et très isolé pour écrire son livre. Elle commence à l’écrire, mais elle passe ensuite le reste de son séjour à fuir un psychopathe qui a assassiné Elias, le propriétaire de la villa, et qui veut la tuer.

Pourquoi? Juste parce qu’il est fou. D’ailleurs, dans un moment d’introspection particulièrement touchant, le psychopathe, Phil, se dit à voix haute: «Je n’avais pas de mauvaises intentions… Mais pourquoi les gens me forcent à les tuer?» Pauvre Phil… Tu fais bien pitié.

Phil pourchasse Sian, Sian se cache, tente de téléphoner pour appeler à l’aide, tente de ne pas se faire emporter par le vent déchaîné qui souffle sur tout le village… Et j’imagine que moi, j’étais supposée être super intriguée en me demandant «Est-ce que tout ça se passe pour vrai, ou est-ce que ça fait partie de l’histoire qu’elle écrit?»

Après tout, au début de son livre, elle a imaginé le meurtre d’Elias par Phil… Ça fait déjà plusieurs films d’écrivains en péril que je regarde, et c’est évident que les écrivains sont représentés comme des gens instables qui ont tellement d’imagination qu’ils prennent les histoires qu’ils écrivent pour la réalité. Est-ce mon cas? C’est un secreeeet… 😏

J’avais hâte que le film se termine pour aller me coucher, mais c’était quand même intéressant d’admirer les décors de Monemvasia, la ville fortifiée où il a été tourné.

Pour finir, une mention spéciale à Elias qui a dit, par rapport au métier de Sian: «N’ayez pas honte, ma fille, c’est un gagne-pain!»

Hum… Est-ce que c’est supposé être honteux, d’être auteure? Et… est-ce que c’est supposé nous permettre de gagner assez d’argent pour nous nourrir? Mystère…

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s