Le film de la semaine: L’île de Nim

Le film de la semaine est L’île de Nim, un film américain sorti en 2008 que j’avais enregistré sur TVA. C’est encore une histoire d’écrivaine en péril, mais cette fois, ce n’est pas un film d’horreur ou un drame, mais plutôt une comédie d’aventures.

En voici le résumé: «Une auteure de romans d’aventures agoraphobe se porte au secours d’une de ses jeunes lectrices vivant sur une île volcanique, après que le père de celle-ci eut disparu en mer.»

La lecture du résumé du film m’a laissée perplexe… Pourquoi est-ce qu’une auteure devrait se lancer au secours d’une de ses lectrices? Pourquoi la petite fille est sur une île volcanique, et pourquoi son père s’est perdu en mer sans elle?

Bien sûr, le film répond à ces questions… Par contre, je ne comprends pas trop pourquoi il y a un pirate dans la bande-annonce, alors qu’il n’y en avait pas dans le film. Peut-être une scène supprimée…?

Peu importe.

Donc, la jeune Nim et son père, un chercheur appelé Jack Rusoe (Jack Rusoe, Crusoé… bravo!) vivent ensemble sur une petite île isolée au milieu de nulle part. Ils ont quand même un ordinateur branché à l’internet, parce que ce sont des gens modernes, malgré tout.

De temps en temps, ils reçoivent des caisses de nourriture et d’objets essentiels, comme des livres, par exemple. Nim aime lire les livres d’Alex Rover, un aventurier du style d’Indiana Jones.

Mais Alex Rover est en réalité Alexandra Rover, l’auteure des romans. Elle ne quitte jamais son appartement, et collectionne les bouteilles de Purell, et ce, bien avant l’arrivée du Covid-19. Le résumé la décrit comme étant agoraphobe, et je me demandais si cette phobie était aussi intense dans la réalité que dans le film…

Bon, selon ce que Wikipédia me dit sur l’agoraphobie, la manière dont c’était présenté dans le film n’est peut-être pas aussi caricaturale que je le pensais. Mais Alexandra, en plus d’avoir peur de sortir de chez elle, a peur des germes et des virus, mais aussi, de manger autre chose que de la soupe en canne.

Donc, quand Nim réalise que son père parti chercher des planctons en mer ne reviendra peut-être jamais, elle appelle son héros, l’aventurier Alex Rover, à l’aide. Celui-ci n’existe pas pour vrai, sauf dans la tête d’Alexandra, qui le voit, lui parle, et peut même interagir avec lui comme s’il était une vraie personne.

La scène où elle se bat avec lui parce qu’elle a peur de quitter son appartement, sous le regard confus et effrayé du chauffeur de taxi qu’elle a appelé… wow! Je suis contente que mes personnages ne soient pas réels à ce point-là.

Les deux Alex partent donc à l’aventure pour aller sauver Nim, qui finalement, n’est pas si en danger que ça: le volcan de son île n’est pas entré en éruption, et elle a réussi à repousser toute seule les dangereux touristes qui voulaient profiter de la plage de son île.

Quand Alexandra a finalement rejoint l’île, et que Nim a constaté qu’elle était une auteure qui a peur de tout et pas un aventurier sans peur, elle s’est même fâchée contre elle et lui a dit de partir!

Mais finalement, ne vous inquiétez pas, tout s’est bien terminé… Il semblerait même que le film ait une suite, dans laquelle Alexandra n’apparaît pas.

Elle a dû retourner chez elle avec son Purell…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s