Film d’écrivain en péril: Retour vers le cauchemar

En tant qu’auteure, j’écris pas mal toujours à partir de mon bureau. Je n’ai jamais ressenti le besoin d’aller louer une maison hantée pour m’y installer et chercher de l’inspiration pour un prochain roman.

Pourtant, on dirait qu’il y a plein d’auteurs qui font ça… Peut-être pas dans la vraie vie, mais dans les films, oui!

J’ai regardé un film d’horreur appelé Retour vers le cauchemar, ou The Nesting, dans sa version originale. Le film est paru en 1981, et Frissons TV en donnait cette description:

«Une écrivaine cherchant l’inspiration pour son nouveau roman emménage dans un manoir qui se révèle hanté.»

Hum… Ça sonne familier, non? J’ai l’impression d’avoir vu ce film-là une centaine de fois, et d’en avoir parlé autant de fois dans mon blogue. Voyons voir…

Lauren Cochran est auteure de romans gothiques. Ou en tout cas, on peut voir qu’elle a publié au moins un roman, appelé The Nesting, sur lequel on voit l’illustration d’une maison et d’une femme qui semble s’en sauver.

Contrairement à ce que disait le résumé, elle n’a pas décidé de louer un manoir pour chercher de l’inspiration pour écrire, mais bien parce qu’elle était agoraphobe et qu’elle faisait des crises de panique juste en sortant de son appartement. Elle s’est donc dit qu’emménager à la campagne pourrait être une bonne chose pour sa santé mentale.

Oups… 😬

Comme c’est le cas pour beaucoup d’écrivains dans les films d’écrivain en péril que je regarde, j’ai trouvé le personnage de Lauren antipathique, pour ne pas dire vraiment gossant. Les auteurs ont souvent des caractères douteux dans les films… Pourtant, il me semble que la plupart d’entre eux ne sont pas si pires que ça, dans la vraie vie!

Lauren décide donc de quitter New York et d’aller habiter dans une vieille maison abandonnée. Maison qui ressemble à celle présentée sur son roman, même si elle insiste qu’elle ne l’a jamais vue de sa vie.

En trouvant cette maison par hasard, elle décide de tout simplement entrer à l’intérieur, étant certaine d’avoir vu quelqu’un par une des fenêtres de l’étage. Euh… oui, ok. C’est logique. J’imagine?

Son petit ami Frank, qui est venu lui donner un lift jusqu’à cet endroit, exprimait assez bien mon appréciation personnelle du manque de jugement de Lauren en lui disant des choses du genre «Pour quelqu’un qui a peur de sortir de chez toi, je te trouve très à l’aise chez les autres!».

Ah, Frank… Malheureusement, il est parti et n’est revenu qu’à la fin du film. Le tout aurait été beaucoup plus amusant s’il était resté là avec ses répliques sarcastiques et son attitude terre à terre.

Mais non, Lauren est restée là seule. Après avoir conclu que la maison était bel et bien abandonnée, elle l’a louée et s’y est installée. Aussitôt, elle s’est mise à faire d’étranges rêves et à voir des choses qui l’ont convaincue que la maison était hantée.

Elle a des hallucinations, des fantômes de femmes élégantes se moquent d’elle, tous les salauds du coin la harcèlent… oh, et des gens autour d’elle meurent!

Elle finira bien sûr par comprendre pour quelle raison cette mystérieuse maison apparaissait dans son roman, et pourquoi elle lui semblait si familière…

C’est bien beau, tout ça, mais a-t-elle écrit un nouveau roman, finalement? Pas vraiment… mais elle a passé du temps à taper sur sa machine à écrire, au lieu de juste fuir cet endroit sinistre et hanté tel que je l’aurais fait si j’avais été à sa place.

On n’apprend pas, non plus, si son court séjour l’a aidée à guérir de son agoraphobie. Peut-être qu’elle a juste acquis de nouvelles phobies…

Film d’écrivain en péril: 11-11-11

C’est le temps de parler d’un autre film d’écrivain en péril!

Hier soir, j’ai regardé le film 11-11-11, un film d’horreur paru en 2011. Frissons TV en donnait cette description: «Après la mort de sa femme et de son enfant, un auteur se rend à Barcelone pour voir son frère et son père mourant, et apprend que sa vie sera marquée par les évènements qui vont se produire le 11 novembre 2011.»

Wow, ça semble vraiment joyeux, n’est-ce pas? Tout le monde est mort ou mourant, et la vie du gars change à cause d’une série de 11. Voyons voir…

Joseph Crone est un auteur qui a perdu sa foi en Dieu le jour où sa femme et son fils sont morts dans un incendie. Il a aussi perdu son inspiration, et au lieu d’écrire un nouveau roman, il écrit son journal intime pour essayer de se remettre de la perte tragique de sa famille…

Après avoir survécu à un accident de voiture, qui s’est passé exactement à 11h11 (sa montre brisée en témoigne), il apprend que son père est mourant, et il saute donc dans un avion pour se rendre auprès de lui, à Barcelone.

Son frère Samuel, un pasteur en chaise roulante, vit avec leur père dans une maison un peu sinistre, où habite aussi Ana, leur femme de chambre. C’est assez évident que Joseph n’aime pas son frère ni son père, peut-être surtout parce qu’ils sont tous les deux pasteurs. D’ailleurs, personne ne se préoccupe vraiment du pauvre père mourant… Heureusement que l’ambulance est venue le chercher après sa mort.

Joseph est préoccupé par les apparitions répétées du chiffre 11 dans sa vie: il constate que plusieurs évènements se sont produits soit le 11 novembre, ou à 11h11, ou les deux. Ils se met à voir ces chiffres partout, et quand il cherche la signification de tout ça sur internet, il lit toutes sortes de textes occultes qui annoncent que des êtres d’un autre monde, appelés les êtres médians (ou los demonios selon Ana), tentent de contacter les gens sensibles au chiffre 11.

Moi, je pensais que quand on voyait par hasard les chiffres 11:11 en regardant l’heure, il fallait faire un voeu! Mais il semblerait que ce soit aussi relié à plein de prophéties obscures et de concepts de numérologie, ce qui explique peut-être pourquoi mes voeux ne se réalisent pas?

Devenant de plus en plus obsédé par toute cette histoire, Joseph passe près de la moitié du film à se dire qu’il devient fou et qu’il perd la raison, tout en répétant à son frère sceptique que s’il croit à un vieux monsieur barbu qui vit dans les nuages et à un homme qui marche sur l’eau, il devrait aussi croire à cette histoire d’êtres venus d’une autre dimension.

Sérieusement, il a dû répéter ça au moins 11 fois dans le film… Tu aurais mieux fait de juste rentrer chez vous et d’essayer d’écrire un autre roman à succès, Joseph.

À force d’être témoin de choses étranges et d’apparitions de petits demonios, qui ressemblent en fait à des sorcières-gobelins portant des robes noires à capuchon, il finit par croire que son frère est un nouveau prophète, qui sera sacrifié le 11 novembre 2011, à 11h11, afin de permettre au diable de régner sur terre. Et lui, son rôle, c’est de le protéger!

Il était dur à suivre un peu, mettons… Au début il pensait que les êtres médians étaient des anges qui avaient un message céleste pour lui, mais après leur avoir vu la face, il a changé d’idée.

On finit par à peu près comprendre, à la fin du film, qu’il y avait bien une conspiration surnaturelle entourant le 11:11… mais que les apparences sont trompeuses. 😈

La bonne nouvelle, dans tout ça, c’est que le journal intime de Joseph deviendra un best-seller… Le rêve de tout auteur! Ou pas.

Film d’écrivain en péril: Fenêtre secrète

Hier soir, j’ai décidé de rendre hommage à Johnny Depp en regardant le film Fenêtre secrète, paru en 2004, que j’avais déjà vu, il y a longtemps.

Comme j’aime plusieurs des films de Johnny Depp, j’ai été surprise, et déçue, d’une certaine manière, lorsque son ex-femme l’a accusé de violence conjuguale il y a quelques années. Mais depuis plusieurs jours, je suis le procès pour diffamation qui les oppose tous les deux, et je suis de plus en plus convaincue que c’est elle, et non lui, qui a été violente, manipulatrice, et menteuse. Au lieu de l’avouer, elle continue de l’accuser de plein de choses, sans aucune preuve crédible. Bref, un scénario digne d’un film d’horreur…

Mais les psychopathes narcissiques qui essaient de détruire les autres sans aucun remords, ça existe dans la vraie vie, pas seulement dans les films.

Pour en revenir à Fenêtre secrète, je l’avais enregistré sur Cinépop, qui en donnait ce résumé: «Un écrivain est harcelé par un inconnu qui l’accuse de plagiat.»

Comme je l’ai dit, j’avais déjà vu ce film, mais je ne me souvenais plus du tout de l’intrigue. Tout ce dont je me souvenais, c’était de Johnny Depp qui détruisait sa salle de bain en croyant se défendre contre un intru, et qui finissait par réaliser qu’il n’y avait personne et par se dire «J’ai tué un miroir… et ma porte de douche!».

Au début du film, j’ai constaté qu’il avait été inspiré d’une nouvelle écrite par Stephen King. Selon Wikipédia, la nouvelle semble ressembler beaucoup au film, mais avec une fin différente…

Donc, notre écrivain en péril, Morton Rainey, vit dans un chalet près d’un lac. Il a perdu son inspiration, passe ses journées en robe de chambre à dormir sur son divan, et étire le processus de son divorce avec sa femme, qui l’a trompé avec un homme très antipathique.

Un jour, un homme louche, qui dit s’appeler John Shooter, vient cogner à sa porte et l’accuse d’avoir plagié son manuscript. Morton compare le manuscript que lui laisse cet homme avec un de ses romans, et constate qu’ils sont en effet très semblables. Pourtant, il prétend avoir écrit cette histoire et l’avoir publiée, d’abord dans un magazine, 2 ans avant que Shooter ait écrit sa version…

Shooter insiste pour avoir des preuves de ce qu’il avance… Il devient même violent et menaçant, mais au lieu de réclamer de l’argent, il demande à Morton de réécrire l’histoire, avec sa vraie fin, et de la publier avec son nom à lui sur la page couverture. Oui oui, John Shooter est louche.

Mais plus l’histoire avance, et plus on comprend que, finalement, c’est assez normal que ses demandes et ses actions soient incohérentes…

Film d’écrivain en péril: The White Goddess

Le film que j’ai visionné hier soir n’est pas comme les autres films dont j’ai parlés dans mon blogue. Ce n’est pas un vieux film d’horreur enregistré à la télévision, mais bien un tout nouveau film indépendant appelé The White Goddess.

C’est un film que j’avais encouragé sur la plateforme Indiegogo, et j’ai récemment reçu un lien pour le visionner. Il est présentement disponible sur Amazon Prime, pour ceux et celles que ça pourrait intéresser!

Il est uniquement disponible dans sa version originale, en anglais, mais j’imagine que s’il était traduit en français, son titre serait La déesse blanche. Ce qui est intéressant à savoir, c’est que le film a été filmé au Québec, dans le coin de La Baie!

Voici ma traduction du résumé du film: «Une écrivaine solitaire recueille un homme blessé qu’elle trouve dans la forêt, loin dans le nord, et des choses étranges commencent à se produire.»

Ce que je ne savais pas avant de regarder le film, c’est que The White Goddess: a Historical Grammar of Poetic Myth est le titre d’un essai écrit par le poète anglais Robert Graves. Dans ce livre, il présente sa théorie d’une déesse de la vie, de la mort, de l’amour, de la destruction, etc., qui aurait été au coeur d’une religion matriarchale pendant la préhistoire…

Mais revenons au film! Rebecca est une écrivaine qui habite une maison isolée près d’un lac gelé. Elle est venu s’y installer pour être seule et pour écrire, mais son projet n’avance pas comme elle le voudrait. Elle semble être obsédée par la mythologie grecque, et plus précisément par l’histoire de Narcisse et de la nymphe Écho.

Un jour, elle recueille un homme blessé, inconscient et en hypothermie, qu’elle a trouvé dans la forêt près de sa maison. Elle le traîne jusque dans un lit et s’occupe de lui. Quand il se réveille, il ne se souvient plus de grand-chose, mais il cherche son portefeuille, son téléphone et ses clés. Rebecca insiste qu’il n’avait rien de tout ça avec lui quand elle l’a trouvé.

Lorsqu’il se sent mieux, Andrew décide de partir, mais il finit par décider de rester avec Rebecca après qu’elle ait tenté de se suicider. Il s’inquiète pour elle, mais elle refuse de le laisser appeler une ambulance.

Ils passent donc plusieurs jours ensemble, et les choses étranges mentionnées dans le résumé du film se passent en fait dans l’esprit de Rebecca, dans des rêves ou des visions. Elle partage avec Andrew ses idées sur le mythe de la déesse blanche, et sur sa religion matriarchale. Elle finit par déclarer avec passion que c’est injuste que les hommes aient fini par prendre le pouvoir sur les femmes, et que comme ce sont les femmes qui donnent la vie, les hommes devraient juste se taire et les écouter! Ce à quoi Andrew réplique qu’elle est folle… mais en gentleman qu’il est, il attend qu’elle soit partie pour émettre ce commentaire.

Mais Rebecca est-elle folle, ou est-elle plutôt l’incarnation de la déesse de la vie, de la mort, de l’amour, et de la destruction? À voir de quelle manière la relation entre Andrew et elle se développe et se termine, je dirais qu’elle est l’incarnation d’une déesse blanche… en plus d’être instable mentalement.

Beaucoup de liens avec la mythologie sont présents dans le film, mais il me faudrait faire plus de recherches pour tout comprendre. Par exemple, les pommes et les pommes grenades semblent jouer un rôle important, mais j’ai aussi remarqué la présence d’images d’ours et de vaches…

Voici le message qui apparaît à la fin du film! Mon nom est dans cette liste de remerciements, et sera à jamais associé à The White Goddess.

Film d’écrivain en péril: La maison de l’amour et la mort

Avec la finalisation et la publication de La quête de Marianne, j’ai pris une longue pause dans ma chronique de commentaires de films mettant en vedette des écrivains en péril. Chaque fois que je parcourais ma liste de films enregistrés, j’en voyais plein avec des auteurs et auteures, et je me disais que j’allais devoir m’y remettre un bon soir!

Me voici donc pour vous parler de La maison de l’amour et la mort, version française de Death at Love House, un film américain paru en 1976. Comme c’est souvent le cas, il s’agit d’un film d’horreur que j’ai enregistré sur Frissons TV.

Résumé: «Un jeune écrivain d’Hollywood est fasciné par une résidence hantée par le souvenir d’une vedette du cinéma muet.»

Il s’agit en fait de deux écrivains: Joel Gregory et sa femme Donna, qui veulent travailler ensemble à l’écriture d’un scénario pour un film sur Lorna Love, actrice mythique et mystérieuse renommée pour sa beauté. Ils décident donc de s’installer dans l’ancienne maison de Lorna, qui après sa mort, s’est fait embaumer et exposer dans une vitrine dans l’immense jardin de sa résidence.

Non, vraiment, ce n’est pas un tombeau, c’est une vitrine. Son corps est exposé dans une vitrine, et elle est très bien conservée, si on considère qu’elle est là depuis l’époque du cinéma muet…

Une fois dans la maison, Joel et Donna parlent avec Mme Joseph, la gouvernante, qui leur explique que le père de Joel, un peintre célèbre, a eu une relation amoureuse passionnée avec Lorna. Quelle coïncidence, quand même!

Le couple mène ensuite des entrevues avec différentes personnes qui ont connu Lorna, et qui la décrivent soit comme une femme charmante, soit comme une horrible vipère sans âme, menteuse et manipulatrice. On apprend aussi qu’elle fréquentait apparemment un «Père du feu éternel», qui devait être une sorte de prêtre d’un culte satanique, puisque Donna trouve un poignard rituel dans la maison, et qu’une silhouette vêtue d’une cape noire décorée d’une image de Baphomet rôde aux environs et s’en prend à quelques personnes.

Plus le film avance, plus Joel est obsédé par Lorna, au point où il finit par être hypnotisé par elle et par ne plus reconnaître sa femme… qui elle, tente de le convaincre de quitter la maison avant qu’il ne soit trop tard.

La supposée enquête des deux écrivains pour percer les mystères entourant la vie et la mort de Lorna ne donne pas grand-chose d’intéressant, en fin de compte… Ah, mais on finit quand même par comprendre pour quelle raison elle était aussi bien conservée dans sa vitrine!

Pour terminer, il faut que je mentionne le chat noir de la maison… Dans les films d’horreur qui se déroulent dans une grande maison un peu sinistre, il y a souvent un chat. Pourquoi? Parce qu’un chat qui bondit dans le noir en miaulant est une bonne façon d’effrayer les personnages, bien sûr!

Mais dans ce film-là, le chat, après avoir rempli son rôle de chat pendant un moment, se retrouve… empaillé dans une bibliothèque pour une raison inconnue? Bon, peut-être qu’il n’était pas empaillé. Mais pendant que Joel quitte la pièce, la caméra s’arrête sur le chat, debout sur une étagère avec la gueule ouverte et les yeux écarquillés, presque comme ça: 🙀.

Pourquoi? Aucune idée. Surtout que personne dans le film ne l’a remarqué, sauf le caméraman. Ensuite, le chat n’apparaît plus à l’écran… Repose en paix, petit chat!

Film d’écrivain en péril: La maison hantée

Me revoici enfin avec mes commentaires inutiles sur un film mettant en vedette un écrivain en péril!

Bon, j’appelais ça «Le film de la semaine», parce qu’au début de cette aventure, je commentais vraiment un film par semaine. Mais comme ça fait longtemps que ça a changé, il était temps que je change le titre de ma chronique, non?

Ces temps-ci, je travaille fort sur la révision de La quête de Marianne. Mais comme l’Halloween s’en vient, je me suis dit que je pourrais prendre le temps de regarder et commenter un charmant film appelé La maison hantée!

En fait, ce film n’était pas vraiment charmant, hélas…

La maison hantée, version française de The House that Screamed, est un film d’horreur américain sorti en 2000 que j’avais enregistré sur Frissons TV. Certains des personnages du film semblaient tout droit sortis des années 70, mais je ne sais pas si c’était voulu ou non.

Résumé: «Un écrivain veuf depuis peu loue une maison hantée pour y trouver l’inspiration nécessaire à l’écriture de son nouveau roman, mais les fantômes qui la hantent se révèlent beaucoup plus menaçants que prévu.»

Le film commence avec un narrateur, et un texte qui défile devant l’image d’un cimetière, pour nous avertir du fait que le seul mystère non résolu, au début des années 2000, est: y a-t-il une vie après la mort?

Ah, ben coudonc… C’est sûr que ça fait un bout de temps, l’an 2000, mais je ne me rappelle pas que c’était aussi peu mystérieux que ça.

Après cette introduction tragique qui nous met aussi en garde contre les maisons hantées, on voit une fille qui prend sa douche, puis une série d’images effrayantes, comme une tête décomposée, une main de zombie clouée à un mur, une petite fille avec une hache sanglante dans la main, et… euh… une femme en lingerie rouge qui se trémousse? Ah, ok.

On rencontre ensuite Marty Beck, écrivain, que j’ai tout de suite trouvé très antipathique… Disons que ça ne m’a pas aidée à m’intéresser à ses mésaventures tout au long du film. J’étais plutôt portée à dire «Ah, man, come on, pourquoi tu fais ça? T’es ben cave…». Mais à bien y réfléchir, juger Marty était pas mal l’aspect le plus intéressant/amusant du film.

Donc, comme le résumé le dit, Marty se rend dans une ville où il loue une maison hantée auprès d’une agence immobilière, et en chemin, il nous montre à quel point il se fout de ses lecteurs en disant à un monsieur, qui lui avoue avoir lu et aimé tous ses livres, qu’il doit sûrement être masochiste… pour ensuite refuser de lui signer une dédicace, et se sauver en lui promettant de lui envoyer son prochain roman décidacé, alors qu’il n’a ni son nom ni son adresse. Wow!

Une fois qu’il a emménagé dans la maison, plein de choses effrayantes (ou juste vraiment gossantes) lui arrivent, comme par exemple, quelqu’un qui frappe à la porte de la maison quand il prend son bain, pour ensuite disparaître. C’est vrai que ça fait peur, l’idée de devoir sortir de son bain pour aller répondre à la porte avec une serviette autour de la taille. 😱

Bon, il lui arrive aussi des choses plus troublantes. Mais plutôt que de simplement partir, notre cher ami Marty décide de rester, car la maison l’inspire pour son prochain livre. L’inspiration, on ne peut pas contrôler ça, quand on est auteur. Elle vient, ou elle ne vient pas. Ça ne lui dérange pas qu’un auteur puisse être en danger, ou que des fantômes malveillants puissent vouloir le tuer.

Je suis quand même heureuse que mon inspiration à moi ne m’ait jamais mise en péril de cette manière-là!

Ah, et selon Marty, oui, les auteurs sont bizarres… mais c’est pire dans le monde du cinéma. (Cette pensée résume assez bien le film!)

Le film de la semaine: L’île de Nim

Le film de la semaine est L’île de Nim, un film américain sorti en 2008 que j’avais enregistré sur TVA. C’est encore une histoire d’écrivaine en péril, mais cette fois, ce n’est pas un film d’horreur ou un drame, mais plutôt une comédie d’aventures.

En voici le résumé: «Une auteure de romans d’aventures agoraphobe se porte au secours d’une de ses jeunes lectrices vivant sur une île volcanique, après que le père de celle-ci eut disparu en mer.»

La lecture du résumé du film m’a laissée perplexe… Pourquoi est-ce qu’une auteure devrait se lancer au secours d’une de ses lectrices? Pourquoi la petite fille est sur une île volcanique, et pourquoi son père s’est perdu en mer sans elle?

Bien sûr, le film répond à ces questions… Par contre, je ne comprends pas trop pourquoi il y a un pirate dans la bande-annonce, alors qu’il n’y en avait pas dans le film. Peut-être une scène supprimée…?

Peu importe.

Donc, la jeune Nim et son père, un chercheur appelé Jack Rusoe (Jack Rusoe, Crusoé… bravo!) vivent ensemble sur une petite île isolée au milieu de nulle part. Ils ont quand même un ordinateur branché à l’internet, parce que ce sont des gens modernes, malgré tout.

De temps en temps, ils reçoivent des caisses de nourriture et d’objets essentiels, comme des livres, par exemple. Nim aime lire les livres d’Alex Rover, un aventurier du style d’Indiana Jones.

Mais Alex Rover est en réalité Alexandra Rover, l’auteure des romans. Elle ne quitte jamais son appartement, et collectionne les bouteilles de Purell, et ce, bien avant l’arrivée du Covid-19. Le résumé la décrit comme étant agoraphobe, et je me demandais si cette phobie était aussi intense dans la réalité que dans le film…

Bon, selon ce que Wikipédia me dit sur l’agoraphobie, la manière dont c’était présenté dans le film n’est peut-être pas aussi caricaturale que je le pensais. Mais Alexandra, en plus d’avoir peur de sortir de chez elle, a peur des germes et des virus, mais aussi, de manger autre chose que de la soupe en canne.

Donc, quand Nim réalise que son père parti chercher des planctons en mer ne reviendra peut-être jamais, elle appelle son héros, l’aventurier Alex Rover, à l’aide. Celui-ci n’existe pas pour vrai, sauf dans la tête d’Alexandra, qui le voit, lui parle, et peut même interagir avec lui comme s’il était une vraie personne.

La scène où elle se bat avec lui parce qu’elle a peur de quitter son appartement, sous le regard confus et effrayé du chauffeur de taxi qu’elle a appelé… wow! Je suis contente que mes personnages ne soient pas réels à ce point-là.

Les deux Alex partent donc à l’aventure pour aller sauver Nim, qui finalement, n’est pas si en danger que ça: le volcan de son île n’est pas entré en éruption, et elle a réussi à repousser toute seule les dangereux touristes qui voulaient profiter de la plage de son île.

Quand Alexandra a finalement rejoint l’île, et que Nim a constaté qu’elle était une auteure qui a peur de tout et pas un aventurier sans peur, elle s’est même fâchée contre elle et lui a dit de partir!

Mais finalement, ne vous inquiétez pas, tout s’est bien terminé… Il semblerait même que le film ait une suite, dans laquelle Alexandra n’apparaît pas.

Elle a dû retourner chez elle avec son Purell…

Le film de la semaine: House

Cette semaine, j’ai ajouté un nouveau film d’écrivain en péril à ma collection! Il s’agit du film House, un film américain qui est à peu près aussi vieux que moi.

Frissons TV en donnait la description suivante: «Vivant seul dans une maison héritée de sa tante suicidée, un romancier est témoin d’étranges phénomènes.»

Le film raconte l’histoire de Roger, un auteur dont les fans semblent un peu étranges et intenses. Son agent essaie de l’inciter à écrire son prochain livre plus rapidement… Roger veut écrire sur son expérience lors de la guerre du Vietnam, mais selon son agent, ce n’est pas une formule gagnante, car il semblerait que les gens veuillent «du cul, du mystère et de l’horreur.»

Roger décide donc de s’installer dans la maison victorienne qu’il a héritée de sa vieille tante, espérant y trouver assez de paix et de tranquillité pour écrire.

On apprend alors que sa femme et lui se sont séparés récemment, après la disparition inexpliquée de leur fils, Jimmy. Celui-ci se baignait dans la piscine creusée derrière la vieille maison lorsqu’il s’est volatilisé!

On apprend aussi que la tante de Roger disait que sa maison était hantée, et que les gens la croyaient folle. Elle peignait d’ailleurs des toiles assez troublantes, accrochées un peu partout dans la maison.

Peu de temps après l’arrivée de Roger dans sa nouvelle demeure, des choses étranges commencent à se produire… Il croit aperçevoir son fils dans la vitre d’une armoire, des monstres sortent des placards, des objets bougent tout seuls…

Le film était présenté comme étant un drame d’horreur par mon guide horaire, mais c’était plutôt une comédie. Une comédie d’horreur du milieu des années 80… ils ne font plus de films comme ça aujourd’hui!

Ce qui se passait dans la maison était étrange, mais ce n’était pas aussi effrayant qu’Harold, le nouveau voisin trop curieux de Roger, qui n’arrêtait pas de s’inviter chez lui passé minuit. Bon, d’accord, Harold n’était pas tout à fait effrayant… mais come on, on ne s’invite pas chez les gens comme ça à cette heure-là!

J’avoue que j’ai bien ri quand Harold a vu son voisin avoir l’air fou en passant devant la maison, et qu’il a dit, en regardant son chien, «Tu vois, c’est ça la littérature.»

Comme si, parce que le gars est auteur, c’était parfaitement normal qu’il se comporte très bizarrement!

Dans plusieurs des films d’écrivain en péril que j’ai vus, l’écrivain est fou, ou alors, les évènements étranges font seulement partie de son livre… Mais dans le cas de Roger, il y avait vraiment quelque chose de très étrange dans la maison.

Le film était un peu incohérent par bouts, mais très amusant! Et il avait même une fin heureuse…

Le film de la semaine: Ténèbres

Je n’écris pas souvent dans mon blogue ces temps-ci… mais ce n’est pas parce que je manque d’inspiration!

En fait, j’écris beaucoup. J’écris chaque jour. Et mes deux histoires en cours avancent très rapidement! Je passe donc moins de temps à réfléchir à ce que je pourrais bien partager dans mon blogue…

Mais je continue à regarder des films, alors voici le film de la semaine: Ténèbres, un film d’horreur italien de 1982. C’est un autre film d’écrivain en péril, et Frissons TV en donnait ce résumé:

«Un écrivain américain à Rome est traqué par un tueur en série qui s’acharne à le harceler tout en tuant toutes les personnes associées à son travail sur son dernier livre.»

Dès le début du film, on a droit à une petite leçon d’italien tandis qu’un personnage mystérieux portant des gants de cuir noirs lit en français un livre écrit en italien. Je n’ai pas tout retenu, mais je peux vous dire que «le meurtre», en italien, c’est «l’omicidio»!

Ou plutôt, homicide doit se traduire par omicidio. Tout ça pour dire que l’italien est plus facile à lire et à deviner que le mandarin. Pour moi, en tout cas!

Le livre lu par le personnage mystérieux est Ténèbres, un livre écrit par Peter Neal, qui quitte New York pour se rendre à Rome, là où son agent lui a préparé une grande tournée de promotion. Mais dès son arrivée dans son appartement luxueux, il est accueilli et interrogé par la police: le cadavre d’une femme a été retrouvé dans l’appartement d’à côté, et elle avait des pages de son dernier livre enfoncées dans la bouche…

D’autres femmes sont tuées, l’agent de Peter s’est acheté un nouveau chapeau qui devient un élément comique et absolument inutile du film, un chien enragé poursuit une pauvre fille pour aucune raison, et il faut essayer de deviner qui est le tueur (ou la tueuse?), et à qui appartiennent les souvenirs étranges qu’on voit de temps en temps dans des flashbacks.

Malgré mes efforts, je n’ai pas réussi à deviner qui était le tueur… ah, en fait, il y en avait deux, finalement! Ou trois, si on compte la statue aux longues pointes en miroir qui décide de s’en mêler et de mettre un terme à tout ça. Et Peter n’était pas exactement un écrivain en péril, mais plutôt un écrivain fou…

Je dois dire qu’il n’était pas très sympathique comme personnage, et qu’il n’avait pas l’air de vraiment se soucier des meurtres qui semblaient inspirés par son livre.

Et j’avoue que ça me fascine, à quel point il y a plusieurs films dont l’histoire tourne autour d’un écrivain qui voit des éléments de ses livres devenir réels…

Le film de la semaine: Le souffle de la peur

Le film de la semaine est Le souffle de la peur, version française de The Wind, un film américain de 1986. Eh oui, c’est encore un film d’écrivaine en péril!

Frissons TV en donnait ce résumé: «Une romancière populaire se rend dans un village grec historique pendant la basse saison pour écrire son prochain livre et se met à soupçonner un homme d’avoir commis un meurtre.»

La romancière en question s’appelle Sian, ou Sean, dépendant de qui prononce ou écrit son nom. Après quelques recherches, j’ai compris que Sian est un nom gallois qui se prononce «Sharn», et qu’elle a choisi Sean comme nom d’auteure, sans doute pour le simplifier auprès de ses nombreux fans américains.

Sérieusement, son nom était un des aspects les plus intéressants du film. Et l’aspect le plus troublant du film, c’était ses yeux… Ils sont d’un bleu si pâle que parfois, selon l’éclairage, ils avaient l’air d’être complètement blancs, un peu comme si elle avait des yeux de zombie! C’était assez bizarre.

Donc, comme le promet le résumé, Sian loue une villa dans un village grec très vieux et très isolé pour écrire son livre. Elle commence à l’écrire, mais elle passe ensuite le reste de son séjour à fuir un psychopathe qui a assassiné Elias, le propriétaire de la villa, et qui veut la tuer.

Pourquoi? Juste parce qu’il est fou. D’ailleurs, dans un moment d’introspection particulièrement touchant, le psychopathe, Phil, se dit à voix haute: «Je n’avais pas de mauvaises intentions… Mais pourquoi les gens me forcent à les tuer?» Pauvre Phil… Tu fais bien pitié.

Phil pourchasse Sian, Sian se cache, tente de téléphoner pour appeler à l’aide, tente de ne pas se faire emporter par le vent déchaîné qui souffle sur tout le village… Et j’imagine que moi, j’étais supposée être super intriguée en me demandant «Est-ce que tout ça se passe pour vrai, ou est-ce que ça fait partie de l’histoire qu’elle écrit?»

Après tout, au début de son livre, elle a imaginé le meurtre d’Elias par Phil… Ça fait déjà plusieurs films d’écrivains en péril que je regarde, et c’est évident que les écrivains sont représentés comme des gens instables qui ont tellement d’imagination qu’ils prennent les histoires qu’ils écrivent pour la réalité. Est-ce mon cas? C’est un secreeeet… 😏

J’avais hâte que le film se termine pour aller me coucher, mais c’était quand même intéressant d’admirer les décors de Monemvasia, la ville fortifiée où il a été tourné.

Pour finir, une mention spéciale à Elias qui a dit, par rapport au métier de Sian: «N’ayez pas honte, ma fille, c’est un gagne-pain!»

Hum… Est-ce que c’est supposé être honteux, d’être auteure? Et… est-ce que c’est supposé nous permettre de gagner assez d’argent pour nous nourrir? Mystère…