Résultats de mon Concoursondage

Merci à tous ceux et celles qui ont pris le temps de participer à mon Concoursondage! J’ai fait un petit tirage au sort en mettant tous vos noms dans mon chapeau officiel de tirages, et la gagnante du concours est Julie Leblanc. Bravo! Je l’ai déjà contactée par courriel pour lui demander quel prix elle voulait recevoir.

Il y a donc eu 17 participations, ce qui, pour moi, est énorme. Maintenant, c’est le temps de regarder les réponses que vous m’avez données, et d’essayer de trouver de l’inspiration, des statistiques, une sorte de sagesse magique qui pourrait m’aider à mieux définir de quelle manière je peux trouver et rejoindre mon public cible.

Je vais partager ici quelques points importants ou intéressants qui se dégagent de vos réponses:

-> Selon mon sondage, la moitié de mes lecteurs sont des gens de 56 ans ou plus. C’est quand même amusant quand on considère qu’en voyant mes livres, la plupart des gens prennent pour acquis que ce sont des livres pour enfants… Mais bon, il faut dire aussi que plusieurs des gens qui ont répondu à mon sondage sont des gens de ma famille, c’est-à-dire, ma mère, des oncles, et des tantes.

-> Selon mon sondage, plus de la moitié de mes lecteurs sont en fait des lectrices. Je trouve que ça a du sens.

-> 4 des personnes qui ont répondu à mon sondage vivent à Victoriaville, 3 sont à Montréal, 2 à Chibougamau, et 2 à Sherbrooke. Il y a une personne à Trois-Rivières, une à Laval, une à Gatineau, une à Valleyfield, une à Terrebonne, et une à Sorel-Tracy. Mon public est donc répandu dans quelques coins du Québec!

-> 13 personnes me suivent sur ma page Facebook, 8 sont sur ma liste de diffusion, et 7 suivent mon blogue. Le fait d’être présente à différents endroits sur internet serait donc bénéfique pour moi.

-> Les intérêts partagés par plusieurs des participants au sondage sont: la lecture, la nature, la musique, et l’écriture. Ça tombe bien, moi aussi ça m’intéresse, ces choses-là!

-> Parlant d’écriture, 7 d’entre vous n’avez jamais écrit de livre, mais aimeriez le faire un jour. C’est cool, ça! D’ailleurs, si vous aimeriez avoir quelques conseils, et en savoir plus sur la vie d’une auteure, je vous conseille de suivre le blogue des Trois auteures inconnues. Mes deux collègues et moi, on y partage souvent des trucs qui pourraient vous aider à réaliser votre rêve d’écrire un livre

-> Deux personnes ont nommé David Goudreault comme étant un de leurs auteurs préférés. J’avoue que je n’ai jamais lu ses livres, il faudrait peut-être que j’en lise un un jour! Quand j’ai participé à l’enregistrement d’une émission du Club de Lecture à la TV communautaire de Victoriaville (l’émission devrait être en ligne bientôt!), une des chroniqueuses parlait justement de son livre Ta mort à moi.

-> La plupart des gens préfèrent les livres en papier, et préfèrent les acheter plutôt que les emprunter à la bibliothèque. Ce sont de bonnes nouvelles pour moi! Mes livres sont quand même aussi offerts en format numérique, et j’essaie de les faire apparaître dans les bibliothèques

J’espère que ces quelques statistiques vous ont intéressés!

Les résultats de mon sondage devraient me servir, surtout ceux qui concernent des choses que, selon vous, chaque auteur devrait avoir sur son site internet.

Si vous visitez mon site de temps en temps, vous avez peut-être remarqué qu’il a commencé à changer… J’ai commencé un long processus pour le rendre plus attrayant, plus informatif, et plus adapté à ma réalité. Je ne sais pas combien de temps ça va prendre, mais il devrait continuer à évoluer lentement au cours des prochaines semaines, et peut-être même des prochains mois…

Même si je ne publierai pas de nouveau livre en 2020, il se passe quand même pas mal de choses par ici!

Aidez-moi à voir plus clair!

Si vous suivez mon blogue depuis quelque temps, ou si ça vous arrive de lire une publication qui vous intéresse, juste de temps en temps, je vous demande votre aide!

En tant qu’auteure inconnue, j’ai de la misère à bien définir mon public cible, c’est-à-dire, les gens à qui s’adressent mes livres, et les lecteurs et lectrices que je devrais essayer de rejoindre pour vendre plus de livres.

J’ai donc créé un petit sondage, que j’appelle en fait un Concoursondage, parce qu’il y a un prix à gagner!

Cliquez sur cette image pour remplir mon Concoursondage avant le 7 Mars 2020, et aidez-moi à voir plus clair!

Pour en savoir plus sur ce fameux prix que vous pourriez gagner, et pour répondre à mes quelques questions, je vous invite à cliquer sur l’image ci-dessus.

Ou ici.

Ou encore, ici!

Accéder à mon Concoursondage, c’est simple et facile!

Ce qui risque d’être moins simple et facile, c’est à la fin, quand je vais analyser vos réponses pour essayer d’y trouver des indices, des idées, de l’inspiration, des suggestions, ou encore… de nouvelles questions. Mais je verrai ça rendue là!

Pour l’instant, je vous invite à répondre à mes questions, et je vous remercie de participer à cette étude (non) scientifique.

Le bilan de l’année

En ce 2 Janvier 2020, je vous souhaite à tous une belle nouvelle année! J’espère que vous vivrez de belles expériences, que vous ferez de belles découvertes, et que vous serez heureux.

Je prends aussi le temps de faire un petit bilan de mon année 2019, du côté de mes projets. Je suis fière d’avoir:

-> Commencé à écrire mon «Histoire de Marianne», et d’être encore en train de l’écriture avec bonheur et motivation.

-> Publié les 6 premiers livres de ma Mini Collection, un à tous les deux mois. Ces petits livres n’ont pas été de gros vendeurs, mais ce n’est pas grave… Ils sont mignons, et ils font une belle introduction au roman qui s’en vient!

-> Fait une séance de signature pour chacun de mes petits livres. Ces séances n’ont pas vraiment déplacé de foules, mais des gens joyeux et intéressés sont venus me voir.

-> Continué à écrire, presque chaque jour, en accordant à peu près la même attention à mes deux histoires en cours.

-> Développé de nouvelles techniques pour mieux organiser mes idées, et pouvoir écrire un peu plus rapidement et efficacement.

-> Fait une entrevue pour la TV communautaire de Victo. L’émission devrait commencer à passer à la télé au printemps prochain, et elle sera aussi disponible en ligne!

-> Contribué au blogue des Trois auteures inconnues avec deux autres auteures passionnées, et très sympathiques, qui ont des idées intéressantes sur plusieurs sujets reliés à l’écriture.

J’aime faire des petits points sur mon calendrier chaque fois que je travaille sur mes histoires. Quand je le fais, ça me donne un beau sentiment d’accomplissement! Et les jours où je n’écris pas, ça ne me décourage pas, donc je reste motivée!

En 2020, je vais continuer à écrire. Je vais aussi me remettre à travailler sur ma bande dessinée, qui a été interrompue pendant les derniers mois, et je vais travailler sur des designs pour de nouveaux t-shirts. Je vais aussi continuer d’écrire pour mon blogue, et pour le blogue des Trois auteures inconnues.

Je ne devrais donc pas publier de nouveau livre cette année… mais avec un peu de chance, je vais réussir à finir d’en écrire un nouveau!

Un nouveau mois et une nouvelle année! C’est comme une page (de calendrier!) blanche, qui ne contient que plein d’opportunités de créer et d’évoluer.

Et vous… avez-vous des projets particuliers pour cette nouvelle année qui commence?

L’art du résumé

Ça fait déjà 15 films dont je vous parle dans ma section «Le film de la semaine», et ça m’a permis de faire quelques constatations. Premièrement, je trouve ça le fun de prendre le temps de faire quelques recherches sur chaque film, et de vous le présenter dans mon blogue.

Deuxièmement, même si je trouve ça le fun, j’aime aussi ça prendre une pause et sauter une semaine de temps en temps. La Terre ne s’arrêtera pas de tourner si je ne vous parle pas d’un film cette semaine… N’est-ce pas?

Troisièmement, ce qui m’amène à enregistrer des films et à les regarder par la suite, c’est surtout leur résumé. Chaque semaine, je prends un moment pour regarder les films à l’affiche sur mes chaînes préférées. Quand un titre m’intrigue, je lis le résumé… Et si le résumé m’intrigue, j’enregistre, sinon, je passe au suivant.

Parce que c’est surtout ça… Si le résumé d’un film m’intrigue, je ressens le besoin de le voir. Le résumé n’a même pas besoin d’être bon, il faut juste qu’il attire mon attention. Souvent, les résumés sont juste vraiment ridicules et bizarres, et ça devient un peu comme des jokes étranges dont je veux absolument connaître le punch final.

Parfois, le résumé fait que je me pose des questions… et pour trouver les réponses à mes questions, il faut que je regarde le film. Est-ce que je trouve toujours des réponses à mes questions? Pas toujours, non. Mais je pense que le plus important, c’est de me les poser. Une fois que j’ai commencé à regarder un film, son résumé n’a plus vraiment d’importance.

Un résumé étrange ou intrigant, ça peut aussi me donner envie de lire un livre, bien sûr. Mais je pense que de manière générale, un résumé de livre, c’est plus complet que les résumés de films que je peux lire grâce au guide horaire de Vidéotron. Ceux-là, ils ont seulement une, deux ou trois phrases la plupart du temps, et donc, ça permet de se poser beaucoup de questions.

Les résumés de livres, d’un autre côté, sont souvent moins énigmatiques. Ils sont plus longs, ils résument l’histoire du livre, et ils sont un peu comme une mini histoire, ce qui fait que je peux parfois trouver des réponses à mes questions (que mes réponses soient correctes ou non) en lisant le résumé.

Je ne sais pas si je suis la seule à penser qu’un résumé plus court et plus mystérieux, c’est plus accrocheur qu’un long résumé qui permet de donner une bonne idée de ce qui se passe dans une histoire?

Si je ne suis pas la seule, il faudrait peut-être que je m’améliore dans l’art du résumé, pour mes prochains romans!

Pourriez-vous prendre une minute pour faire ce petit exercice? J’aimerais qu’au moins quelques personnes se rendent sur la page de ma Mini Collection, lisent les résumés des six livres, et me disent en commentaire lequel ils préfèrent, et pourquoi. Lequel vous intrigue le plus? Lequel vous donne le plus envie de lire le livre? Si vous vous sentez brave et généreux de votre opinion, vous pouvez aussi me dire lequel vous attire le moins, et pourquoi.

Vos réponses pourraient peut-être m’aider à mieux résumer mes histoires à l’avenir. Merci à l’avance pour votre aide!

Voici le résumé du livre «Flint et Cal», vedette du moins de Juin. Qu’en pensez-vous? Que pensez-vous des autres résumés?

 

Il y a des moments où je suis juste découragée

Aujourd’hui, c’était la première journée de la vente trottoir. En principe, ça devait durer jusqu’à 9h ce soir, mais à cause du vent et de la pluie, je suis rentrée chez nous plus tôt que prévu.

Il y avait quand même un peu de monde sur la rue, mais très peu d’intérêt pour mon kiosque. Malgré tout, je souriais aux passants, je faisais des efforts pour rester positive, pour me dire que je n’avais pas investi mon temps, mes efforts et mon argent pour rien. Comme je le fais à chaque fois.

Puis, la pluie qui est venue gâcher la journée, et qui risque de gâcher aussi les deux prochaines journées de la vente trottoir.

Ce qui me décourage, ce n’est pas la mauvaise température. Ce qui me décourage, me fait de la peine, et me fait un peu mal, aussi, c’est le constat que l’indifférence et le manque d’intérêt des gens, ajoutés au sentiment d’être insignifiante et d’avoir travaillé fort pour rien, c’est exactement ce qui se passe à chaque fois.

À chaque fois que j’essaie quelque chose. À chaque fois que je participe à un évènement avec mes livres, à chaque fois que j’ai une idée, un projet, un plan. Peu importe le temps, les efforts, et l’argent que j’investis. Peu importe à quel point je suis passionnée, enthousiaste et déterminée. Ça ne donne jamais rien, ou si ça donne quelque chose, c’est quelque chose de minuscule: un tout petit peu de fierté, un tout petit peu de joie, un tout petit peu d’argent. Deux ou trois nouvelles personnes qui vont peut-être lire un de mes livres, qui vont peut-être l’aimer, mais qui ne m’en parleront probablement pas.

Et quand je pense à tout ça, je me mets à penser à une idée géniale que j’ai eue pour le lancement de mon livre dont vous êtes le héros. Ça fait une éternité que je travaille dessus, et quand il va être enfin prêt, je veux organiser un «lancement de livre dont vous êtes le héros»… J’adore mon idée. C’est un projet sur lequel j’ai hâte de travailler, mais en même temps, je suis terrifiée… Il n’y aura probablement personne. Ça n’intéressera personne, ça n’attirera personne, et je pense au temps et aux efforts que je vais fournir pour essayer d’en faire un évènement unique et vraiment cool, et j’ai peur de juste être déçue et découragée à la fin de cette journée-là. Avoir des plans précis pour son futur, c’est important, non?

Un des voisins de mes parents est passé devant mon kiosque à la vente trottoir, et il m’a demandé comment je trouvais le temps et l’énergie pour écrire et publier autant de livres. Je lui ai répondu, avec un sourire, que dans la vie, il faut choisir ses priorités… Et je le pense vraiment. Écrire, pour moi, c’est une priorité. J’ai besoin d’écrire. Mes histoires, mes personnages, mes livres, c’est important pour moi.

Mais le monde s’en fout, de mes livres. Le monde n’a pas besoin de mes livres. Je pense que la seule personne qui a vraiment, vraiment besoin de mes livres, c’est moi.

Mais je ne dois pas être la seule artiste à penser comme ça au moins une fois de temps en temps… n’est-ce pas?

C’est pour ça que malgré les déceptions, les frustrations, et tout le reste, je n’abandonnerai pas. Je ne peux pas abandonner. J’aime écrire, j’aime créer mes livres. J’aime ce que je fais. Je n’ai pas peur de continuer à travailler fort et à essayer de me lancer dans des nouveaux projets. Mais j’aimerais juste ça, au moins une fois de temps en temps, avoir l’impression que je n’ai pas travaillé pour rien.

Il me semble que ça doit être agréable et valorisant…

L’histoire parfaite

J’ai presque fini d’écrire le 5e chapitre de la nouvelle histoire que j’ai commencé à écrire à la fin du mois de Janvier, et que j’appelle pour l’instant «Histoire de Marianne» parce que je n’ai aucune idée de titre qui a de l’allure.

Déjà 5 chapitres! C’est clair que ces chapitres-là sont moins longs que ceux de mon histoire de Sechora, qui peuvent prendre plus de 4 mois à écrire, chacun. Donc, des chapitres moins longs, oui, mais je trouve quand même que mon histoire avance bien!

Hier, j’ai même commencé à planifier les prochains chapitres… Mon histoire est planifiée en détails jusqu’au chapitre 8! C’est la première fois, dans ma longue et fructueuse carrière d’auteure inconnue, que je planifie une histoire avec autant de précision. Bon, on s’entend que ce n’est pas si «précis» que ça, mais ça l’est beaucoup plus que quand j’ai écrit «Le Parfum du Vent», mettons.

Vous souvenez-vous de mon carton bleu? Il va être rendu trop petit, à moment donné…

Même si je suis super contente de mon progrès sur cette histoire jusqu’à maintenant, et que j’aime ce que j’ai écrit, j’ai un peu l’impression qu’elle est devenue moins… spéciale, moins… magique, peut-être, qu’avant que je commence à l’écrire.

Dans le fond, tant que l’histoire n’existait que dans ma tête, elle était «parfaite». Elle était un peu comme un film, un film qui pouvait juste jouer dans ma tête. Maintenant qu’elle commence à exister sur papier, et même si je suis fière de ce que j’ai écrit, c’est certain que ce n’est pas exactement fidèle au film. Ce n’est pas nécessairement moins bon, c’est juste différent.

Et puis, tant que je n’avais pas encore commencé à écrire, je pouvais m’imaginer qu’il y aurait des sons de trompettes triomphants pour célébrer l’écriture de chaque partie vraiment importante, et des pluies de confettis à la fin de chaque chapitre!

Mais, non… Il n’y en a pas eu. Quel dommage.

Peut-être que je pourrais m’acheter une trompette, pour célébrer mon progrès comme il se doit? Ou juste prendre un gazou, parce qu’une trompette, ça doit être plus dur à jouer. Et pas de pluie de confettis, ça serait trop chiant à ramasser après. Tant pis.

Je termine donc sur cette réflexion: L’histoire parfaite, c’est une histoire que je n’écrirai jamais. Une histoire qui ne peut exister que dans ma tête. Mais c’est beaucoup mieux travailler sur une histoire imparfaite, la rendre aussi bonne que possible, et en faire un livre dont je pourrai être fière, que de ne rien écrire du tout.

Code vestimentaire

Quand on est auteur, on n’a pas vraiment de code vestimentaire pour travailler. Je porte souvent un pyjama et une robe de chambre pour travailler sur mes histoires! Quand on est assis tout seul chez nous et qu’on écrit, on peut bien s’habiller comme on veut, n’est-ce pas?

Quand un auteur présente ses livres au public pendant un lancement, une séance de signature ou un salon du livre, il n’a pas vraiment de code vestimentaire non plus, à part celui de l’endroit où l’évènement a lieu, bien sûr!

Quand je présente mes livres aux gens, je porte souvent mon t-shirt «auteure inconnue». Sinon, j’essaie habituellement de porter des vêtements «qui ont de l’allure», c’est-à-dire, pas des t-shirts comme celui-là:

J’adore ce t-shirt!

Peut-être que mon but est de ne pas faire fuir les gens…? Pourtant, peu importe de quelle manière je m’habille, je remarque souvent que les passants semblent plus enclins à s’attarder à regarder les livres sur ma table quand je ne suis pas présente derrière la table en question. Logiquement, donc, même si je suis habillée avec une grosse face d’Alice Cooper, ça ne devrait pas changer grand-chose, n’est-ce pas?

Je commence à me dire que plutôt que d’essayer de porter des vêtements plus «neutres» quand je participe à des évènements pour promouvoir mes livres, je devrais juste m’habiller comme je m’habille quand je suis chez nous (et que je ne suis pas en pyjama!)… Il me semble que ça permettrait aux lecteurs potentiels d’avoir une meilleure idée de qui je suis, ou en tout cas, de la musique que j’écoute. Peut-être que quelqu’un pourrait le trouver cool, mon t-shirt d’Alice Cooper, et que ça lui donnerait envie de s’arrêter à ma table pour me parler.

Et puis, si un passant décide de ne pas acheter mes livres juste parce qu’il n’aime pas le t-shirt que je porte, il n’aimerait peut-être pas mes livres de toute façon. Peut-être, aussi, que je n’ai pas envie d’être lue par des gens qui jugent les autres uniquement selon ce qu’ils portent.

Dans la même suite d’idées, j’ai décidé de faire quelques changements à mon site internet. J’ai redessiné la bande qui se trouve en haut de mon site, parce que je ne l’aimais plus, et aussi, j’ai ajouté du noir tout le tour de la page.

Mon ancien site internet était tout noir, avec les textes écrits en jaune doré. Quand j’ai dû faire mon nouveau site avec Wix, j’ai décidé de le changer pour un design blanc, avec les textes en noir. Je me disais peut-être, inconsciemment, que mon site tout en noir pourrait faire «peur» aux gens… C’est ridicule, je sais… mais on ne sait jamais, avec les gens, de nos jours!

Finalement, je me suis habituée aux textes noir sur blanc, qui sont selon moi plus lisibles qu’avant, mais j’ai remis le fond du site en noir, parce que je trouve que ça me ressemble beaucoup plus comme ça.

Tant pis pour le code vestimentaire qui existe juste dans ma tête!