Un chandail par époque!

Il y a une semaine, je suis allée voir un de mes groupes de musique préférés de tous les temps en spectacle, à Montréal. My Chemical Romance! 🖤

Ils se sont séparés pendant environ une décennie avant de revenir en force pour une tournée! Ce concert a été un moment très excitant dans ma vie, et j’ai même eu l’impression de faire un retour dans le passé, à l’époque où je découvrais leur musique.

Leur deuxième album, celui que j’ai découvert en premier, est sorti en 2004. Ben coudonc… ça ne me rajeunit pas! 🤷‍♀️

Pour commémorer cet évènement spécial, donc, j’ai acheté un chandail hors de prix après le show.

Le design de ce t-shirt est justement un hommage à la couverture de l’album Three Cheers For Sweet Revenge, paru en 2004.

En fait, je dirais qu’environ 75% de ma garde-robe doit être constitué de chandails de groupes de musique que j’aime et aimerai à tout jamais, ou qui ont été importants pour moi à un moment de ma vie. Et tous ces chandails-là ont pour moi une valeur sentimentale… Pas seulement parce qu’ils sont liés à de la musique que j’aime, mais parce qu’ils sont associés à des époques de ma vie.

Pas des années… des époques. Dans le sens où si je regarde un de mes chandails, je ne me souviens pas de l’année où je l’ai acheté (sauf si c’est un t-shirt de tournée et qu’il y a une date dessus, bien sûr!)… mais je me souviens de l’époque.

Chacun me rappelle des souvenirs, des bons moments, des intentions… Chacun évoque, grâce à une image, une période de ma vie, ou une histoire particulière.

Mes chandails sont un complément de ma mémoire, d’une certaine manière.

Si c’est un concept qui vous parle, et que vous avez bien aimé La quête de Marianne ou un autre de mes livres, sachez que j’ai dessiné quelques modèles de chandails qui sont en vente dans ma Boutique Spreadshirt.

En fait, il y a même un nouveau design que j’ai ajouté très récemment… Et il n’y a pas seulement des vêtements, pour ceux et celles qui préfèrent boire dans leurs souvenirs, ou transporter des choses dedans, plutôt que de les porter.

*** Cet article de blogue n’est absolument pas commandité par la Boutique Spreadshirt de Myriam Plante – artiste et auteure 😉😉😛 ***

Changement de livre gratuit

Pendant quelques années, j’ai offert gratuitement mon premier roman, Le Parfum du Vent, aux gens qui s’inscrivaient pour recevoir de mes nouvelles par courriel.

(Ma liste de diffusion s’appelle le C.L.L.E.M.P., c’est-à-dire, le Club des Lecteurs et Lectrices Enthousiastes de Myriam Plante!)

Le but d’offrir un livre à télécharger gratuitement, c’est de donner un aperçu de ma plume aux gens qui ne me connaissent pas… et aussi de leur donner, peut-être, le goût d’acheter mes livres.

Mais j’ai réfléchi, et je me suis dit que Le Parfum du Vent n’était peut-être pas le meilleur candidat pour atteindre ces objectifs. 🤔 À la place, j’ai décidé de mettre à jour mon Mini Livre Gratuit, qui autrefois pouvait être téléchargé par n’importe qui, et de maintenant l’offrir en téléchargement avec chaque inscription au C.L.L.E.M.P.

Ce petit livre-là est moins long à lire. Il contient des extraits de romans et quelques histoires, et je pense que ça peut donner une meilleure idée de mon style d’écriture!

Mon Mini Livre Gratuit a été un peu modifié, mais
il garde la même page couverture.

À partir de maintenant, donc, les gens qui joindront le C.L.L.E.M.P. à partir de la page d’accueil de mon site internet recevront un lien pour télécharger gratuitement la nouvelle version de mon Mini Livre Gratuit!

Ceux et celles qui sont déjà membres n’ont pas à s’inquiéter: je leur enverrai gratuitement le livre avec mon courriel du mois d’avril. 😉

Le Père Noël est passé tôt chez moi

La semaine dernière, le Père Noël est passé chez moi… sous les traits d’un livreur FedEx. Traits que je n’ai pas vus, en fait, parce qu’il a déposé 7 grosses boîtes devant ma porte avant de prendre la poudre d’escampette, comme on dit.

Donc, comme je ne l’ai pas vu… peut-être que c’était le vrai Père Noël! 🎅

Des cadeaux de Noël coûteux.

Dans les 7 grosses boîtes que j’ai reçues, il y avait une centaine d’exemplaires de La quête de Marianne! Même si la date officielle de parution de mon roman est le 7 Janvier 2022, j’ai commencé la distribution des cadeaux aux gens qui avaient précommandé leur livre. J’ai aussi vendu quelques exemplaires à des membres de ma famille et à des amis qui n’avaient pas précommandé, mais qui étaient très enthousiastes!

Disons que ça a bien fait que mon livre soit prêt dans le temps des Fêtes… J’ai envoyé quelques colis par la poste (ce qui coûte plus cher que ce à quoi je m’attendais!) et les autres vont voyager grâce à des gens de ma famille, qui me rendent un service très apprécié.

Mes bébés!!

J’aime mon livre. J’aime l’histoire que j’ai écrite. J’aime le fait que des gens l’ont précommandé, ce nouveau roman, et que d’autres se sont empressés de déclarer sur Facebook qu’ils voulaient en avoir un eux aussi.

Ça me touche beaucoup! Je suis toujours une auteure inconnue, mais ce n’est pas grave, parce qu’il y a des gens qui aiment mes livres et qui sont impatients de lire La quête de Marianne… et ça, c’est tellement beau et précieux! 😊

Joyeux Noël, et bonne année… on se reverra le 7 Janvier, c’est-à-dire, au moment où je vais officiellement lancer mon livre, tenter d’en faire la promotion, et essayer de convaincre ceux et celles qui le liront de me laisser leurs commentaires sur mon blogue (sur une page de commentaires que je n’ai pas encore créée!)

Soyez prêts!

Je suis particulièrement fière de ça… Les couleurs, wow! Dommage qu’elles soient partiellement cachées par des bandes de papier qui emballent mes bébés.

Je préfère me superviser moi-même

Lundi, j’ai travaillé comme superviseure dans un bureau de scrutin.

Bon, sachez que je n’ai pas exactement choisi ce travail… Une dame m’a appelée pour me demander si je voulais être superviseure, et comme je n’ai pas répondu immédiatement, elle a décidé que j’avais dit oui. Ça m’apprendra, à prendre trop de temps pour réfléchir! 😅

J’ai oublié de leur remettre mon insigne en même temps que le reste du matériel, mais je ne pense pas qu’ils vont en avoir besoin.

Mais je me suis dit que ça serait une bonne chose, parce que l’argent que je gagnerais pourrait m’aider à payer les frais d’impression de mon prochain livre. Je n’étais juste pas convaincue que j’étais qualifiée pour superviser qui que ce soit à part moi-même, mais j’ai étudié, je me suis préparée, et j’ai fait de mon mieux.

J’ai étudié et je me suis préparée pendant des semaines, et j’ai stressé, aussi. Finalement, les choses se sont bien passées, de manière générale. Je sais que j’ai été utile et que plusieurs de mes interventions ont été appréciées, mais j’ai aussi reçu la confirmation que je n’étais pas vraiment faite pour superviser des employés. Pour diriger. Pour être la boss.

Moi, ma force, c’est de me superviser moi-même! De décider de ce que je veux ou dois faire, et de travailler fort. C’est pratique, pour une auteure indépendante. Je n’ai pas à me demander si telle ou telle étape de la création de mes livres sera bien faite, et faite à temps, parce que je fais tout moi-même.

Comme je suis ma seule employée, ça veut aussi dire que mes projets avancent plus lentement… Mais j’aime être en contrôle. Et maintenant que j’ai fini de me préparer pour l’élection, je peux consacrer plus de temps à la révision de La quête de Marianne! 🎉

Mon objectif, pour l’instant, est d’ouvrir les précommandes au début du mois d’Octobre. Je vous en reparle bientôt!

Il faut apprécier chaque étape

Il n’y a pas beaucoup d’action dans mon blogue depuis quelque temps, mais bien sûr, ça ne veut pas dire que je ne suis pas occupée!

Comme vous le savez peut-être, j’ai terminé d’écrire mon prochain roman, La quête de Marianne. J’ai déjà proposé mes options de pré-précommande aux membres du C.L.L.E.M.P., et bientôt, le reste de la population mondiale pourra aussi précommander son exemplaire de mon livre.

Quand? Quand je vais décider que c’est le temps, et que j’ai le temps de m’occuper de ça!

Depuis quelques semaines, je travaille surtout à taper mon texte à l’ordinateur… Je l’écris sur du papier, alors il faut que je fasse ce transfert! C’est plus long que si j’écrivais directement à l’ordinateur, c’est sûr, mais en même temps, ça me permet de vraiment relire mon texte, et d’en faire une première correction.

Je travaille présentement à recopier le chapitre 35! Il ne me reste plus beaucoup de chapitres à faire…

Créer un livre, ça se fait en plusieurs étapes. Surtout quand on est une auteure autoéditée comme moi, et qu’on doit s’occuper de tout!

L’étape la plus longue, bien sûr, c’est l’écriture. J’ai travaillé sur La quête de Marianne pendant plus que 2 ans, et donc, c’est devenu une partie importante de ma vie. Surtout depuis le début de la pandémie, où je me suis mise à écrire à chaque jour de chaque mois, ou presque!

Quand j’ai eu fini d’écrire mon histoire, ça a donc été une étape, pas seulement de mon projet, mais aussi de ma vie qui s’est terminée.

Maintenant, je travaille sur une autre étape, qui consiste à réviser, corriger, modifier, finaliser mon histoire. La prochaine étape va être de faire la mise en page de mon livre… puis, de le mettre en vente, et de croiser les doigts en espérant que des lecteurs et lectrices intéressés vont être au rendez-vous!

En parallèle, j’ai aussi commencé l’étape d’écrire une nouvelle petite histoire sur mon ami Regor, pour ma Mini Collection.

Il y a des étapes plus agréables et plus motivantes que d’autres… (moi, par exemple, je ne suis pas très douée pour vendre mes livres) mais je pense que l’important, c’est d’essayer d’apprécier chacune d’entre elles, et de s’y adapter.

C’est ça, la vie d’auteure!

Finir d’écrire un livre

Finir d’écrire un livre, c’est quelque chose qui ne m’arrive pas très souvent.

C’est un moment où je ressens toujours un fort sentiment d’accomplissement et où je suis fière de moi, mais où je sais qu’il me reste encore beaucoup de travail à faire avant que mon texte devienne un vrai livre.

C’est aussi un moment où je me demande ce que je vais écrire ensuite… Parce que réviser une histoire et préparer sa publication, c’est bien beau, mais je suis une auteure, et les auteurs, ça a besoin d’écrire!

Ce coucher de soleil aux pastels à l’huile est une des oeuvres que j’ai créées pour accompagner la sortie de mon roman La quête de Marianne.

Je suis en train d’écrire le chapitre 38, sur 39, de La quête de Marianne. Ça, ça veut dire que je vais avoir terminé bientôt! Je travaille aussi sur mon histoire de Sechora, celle qui me prend une éternité à écrire.

Mais comme je suis habituée, depuis quelques années, d’écrire deux livres en même temps, j’ai déjà commencé à penser à quel serait mon prochain projet…

Il y aura une suite, ou plutôt, un très long prologue, à mon roman… Ça va être une histoire en plusieurs tomes, qui va s’insérer quelque part entre les 6 premiers livres de ma Mini Collection, et La quête de Marianne.

J’ai hâte d’écrire cette histoire-là, mais comme elle va demander beaucoup de travail de préparation, je ne suis pas encore prête à l’écrire.

Mon prochain projet devrait donc être un petit roman basé sur une nouvelle que j’avais écrite pour un appel de textes lancé par une maison d’édition, mais qui n’avait pas été acceptée… 😉

Nos rêves et nos désirs

Vous avez sûrement déjà entendu quelqu’un dire que quand une porte se fermait, il y en avait d’autres qui s’ouvraient.

En fait, je ne le savais pas, mais de petites recherches m’ont appris qu’Alexander Graham Bell est l’auteur de la citation suivante: «Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre, mais nous passons tellement de temps à avoir des regrets pour la porte qui s’est fermée, que nous ne pouvons pas voir celle qui s’est ouverte pour nous.»

Un peu plus tôt cette année, j’ai écrit une histoire suite à un appel de textes lancé par une petite maison d’édition. Je me disais que ça serait une belle expérience, si mon texte était choisi, et qu’il était publié dans un recueil de nouvelles! Ça me tentait de vivre ça…

Mais mon texte n’a pas été choisi.

Après une courte réflexion, j’ai décidé d’en faire un petit livre numérique, et de l’offrir gratuitement aux gens qui sont membres du Club des Lecteurs et Lectrices Enthousiastes de Myriam Plante.

D’ailleurs, c’est encore le temps de s’inscrire sur mon site au www.myriamplante.com, car je vais envoyer mon histoire exclusive par courriel vers la moitié du mois de Mars. Vite! Vite!!

Un de mes amis imaginaires a créé cette image qui servira de couverture à mon petit livre exclusif.

Donc, voilà… l’histoire s’appelle Nos rêves et nos désirs, et je le répète, la seule manière de pouvoir la lire, c’est d’être membre du CLLEMP.

Mais ce n’est pas la seule porte qui s’est ouverte dans ma tête… Il y a quelques jours, j’ai commencé à me dire que je pourrais prendre cette histoire-là, que je me suis vraiment amusée à écrire, et la développer. J’ai déjà quelques notes de prises, et surtout, je pense que je vais encore m’amuser à essayer de développer un récit cohérent et intéressant…

L’histoire que je vais bientôt offrir gratuitement à mes plus grands fans pourrait devenir le prologue, ou le premier chapitre d’un futur livre!

Je ne sais pas encore tout ce qui va s’y passer, mais des idées me viennent, et je me sens motivée. Je pense que c’est réaliste de dire que je pourrais commencer à travailler sérieusement là-dessus, dès que je vais avoir fini d’écrire l’histoire de Marianne.

Surtout, je tiens à me féliciter. Les choses ne se passent pas toujours comme je voudrais, dans ma fabuleuse carrière d’auteure inconnue, mais je n’abandonne pas. Jamais. Mon histoire a été rejetée… mais au lieu de la mettre de côté ou de l’oublier, je veux en faire un roman!

Oh, et c’est de manière tout à fait intentionnelle que je ne vous donne aucun résumé de ma petite histoire… Pour en savoir plus et pour la lire, il faut être membre du CLLEMP! 😉

Gratitude!

Récemment, il m’est arrivé quelque chose de spécial et de très inhabituel.

J’ai vendu des livres!

Du 19 Novembre au 2 Décembre, 8 copies de mon livre Comment écrire un livre ont été achetées sur Amazon. Chaque fois que j’allais vérifier mon tableau de ventes et que je voyais une nouvelle barre orange apparaître, j’étais comme, ben voyons, encore? Ça se peut pas!

Ben voyons! Des gens achètent mon livre sur Amazon? Ils l’ont même acheté 3 jours de suite? Ça se peut pas! Peut-être que c’était 3 fois la même personne…?

On s’entend que 8 ventes en 14 jours, ce n’est pas énorme… non, en fait, pour moi, ça l’est!

Parce que d’habitude, mes ventes de livres numériques ressemblent à ça:

Il y a pas mal moins d’action du côté de mes ventes sur Smashwords… Mais non, ce n’est pas un rectangle blanc! Ce sont des statistiques!!

Ça fait déjà 4 jours que la folie des ventes semble terminée sur Amazon… Mais je suis vraiment contente d’avoir eu droit à cette courte période excitante pendant laquelle mon tableau de ventes me faisait des petites surprises!

Un auteur qui a du succès avec ses livres de manière générale ne doit pas surveiller ses ventes quotidiennement et capotter à chaque fois, ou en tout cas, je suppose que non. Mais moi, ça m’a vraiment fait plaisir!

Merci à toutes les personnes inconnues qui se sont intéressées à mon petit guide, et qui ont décidé de l’acheter. Surtout, j’espère qu’il va vous être utile et qu’il va vous aider à réaliser votre rêve d’écrire un livre, si c’est pour ça que vous l’avez acheté.

Savoir que les gens qui ont acheté mon livre le trouvent intéressant et utile, ça me ferait encore plus plaisir!

Ah, et si vous n’aimez pas acheter sur Amazon… mon guide va être disponible sur d’autres plateformes numériques un peu plus tard cette semaine.

Le fantôme dansant qui apporte de la joie

C’est la première fois que j’écris dans mon blogue depuis que j’ai 35 ans!

Eh oui, c’était ma fête, l’autre jour… juste 4 jours après l’Halloween. Je suis contente que l’Halloween n’ait pas été annulée, et j’ai aussi réussi à passer une très belle journée de fête.

L’Halloween, c’est toujours un moment spécial pour moi. Depuis que je suis trop «vieille» pour me déguiser et aller récolter des bonbons… je me déguise et je donne des bonbons, à la place.

Je me déguise, et j’organise parfois des petites mises en scène pour accueillir les enfants… Mon but n’est pas de leur faire peur ou de les faire sursauter, mais j’aime les impressionner, les faire sourire, peut-être les inquiéter un très bref instant, ou simplement les faire réagir parce qu’ils trouvent que la personne qui vient de leur donner des bonbons est bizarre.

Cette année, j’étais un fantôme sympathique qui saluait les passants, et qui se mettait à danser quand les enfants le fixaient pendant un peu trop longtemps. J’ai fait rire des gens, et je pense aussi avoir causé un peu de confusion et d’étonnement…

Salut! Oh… ne faites pas attention au gars qui se promène sur la voiture de mes parents…

Parfois, il y a des gens qui se souviennent qu’il y a toujours quelque chose de spécial dans cette maison-là pour l’Halloween. Mais de manière générale, je ne peux pas savoir si les enfants oublient mes costumes et mes décorations au bout de 5 minutes, ou s’ils vont s’en souvenir longtemps, et si ça pourrait même leur donner envie de faire pareil quand ils vont être plus vieux. Qui sait?

J’aime me déguiser, et j’aime penser que mes costumes apportent au moins un tout petit peu de joie à des gens que je ne connais pas, et que je ne fais que croiser très brièvement.

J’aimerais que ça soit aussi simple pour mes livres. Simplement les créer, et ne pas me soucier du tout de savoir si quelqu’un les achète ou pas, si quelqu’un les aime, ou si mes histoires n’intéressent personne.

J’aimerais être capable d’écrire et publier en me disant simplement que mes histoires font rire, sourire, ou réfléchir des gens, et que c’est tout à fait correct de ne jamais savoir si c’est vraiment le cas, ou si je ne fais que l’imaginer.

Mais la différence entre écrire un livre et porter un costume pendant quelques heures pour donner des bonbons, c’est énorme! Écrire un livre, ça peut prendre des années, et d’une certaine manière, j’y pense chaque jour, j’y travaille chaque jour même quand je ne suis pas en train d’écrire. J’y investis du temps, mais aussi beaucoup d’efforts, et même, une partie de mon âme de petit fantôme dansant…

Malgré tout, je pense que la meilleure chose qui pourrait m’arriver, ça serait d’écrire et de publier exactement de la même manière que je me déguise et passe la soirée de l’Halloween à attendre que les enfants passent pour leur donner des bonbons. Ça, je le fais toujours dans la joie, comme si c’était la chose la plus merveilleuse du monde, et sans me préoccuper de si les enfants trouvent ça cool ou non de se faire donner des bonbons par une personne déguisée… et surtout sans jamais me demander si ça vaut la peine, si ça rend quelqu’un d’autre joyeux, ou si je suis la seule personne qui aime ça.

Avoir exactement le même état d’esprit par rapport à ma carrière d’auteure, ça serait un bel idéal à atteindre, non?

Mes livres et les salons

Ça fait longtemps que je n’ai pas participé à un salon littéraire avec mes livres… Les évènements ont tous été annulés, évidemment, et je ne sais pas quand il y en aura de nouveaux.

Il va peut-être falloir attendre à la fin de l’apocalypse!

Je pense que mes livres s’ennuient un peu. Le fait de pouvoir sortir de leurs boîtes de temps en temps, à la vente-trottoir, au Salon littéraire du Québec, à la Pause littéraire, ou pour une petite séance de signature, ça leur permettait de prendre l’air un peu, de voir passer des gens et, de temps en temps, de se faire acheter.

Ma première participation à la vente-trottoir remonte à 2015! Dans ce temps-là, je n’avais que Le Parfum du Vent… (Photo par Guy Samson.)

Maintenant, ils restent dans leurs boîtes, dans mon salon. Peut-être qu’ils aimeraient que je les sorte de là et que je les emmène prendre une petite marche dehors… mais je n’en suis pas encore rendue là dans mon inexorable cheminement vers la folie artistique!

Mais moi… est-ce que je m’ennuie des évènements littéraires? Pas tout à fait. Oui, et non, on pourrait dire.

Ce que j’aime le plus de ces évènements, au fond, ce sont les rencontres avec mes amis auteurs, et avec des auteurs que je ne connais pas encore.

Me voici à une Pause littéraire, en 2017. J’avais déjà plus de livres de disponibles! (Photo par Création Lune)

J’aime aussi quand je réussis à vendre un ou des livres à des lecteurs intéressés, bien sûr! Mais ça arrive si rarement…

Ce que je n’aime pas, quand je participe à des évènements littéraires, c’est être assise à ma table, voir les gens passer en m’ignorant, ou pire encore, en me jetant un genre de regard ahuri et dédaigneux qui semble vouloir dire «Ark… c’est quoi ça… des livres… ben voyons…». Il y a des passants sympathiques qui me sourient et me saluent, aussi, et ça, c’est agréable!

Mais quand des gens s’approchent pour regarder mes livres, je ne sais pas toujours comment réagir. Oui, j’aime mes livres, et j’aime parler d’eux… mais uniquement si mon auditoire semble intéressé. Si quelqu’un s’approche de ma table et fixe mes livres avec un air bête qui me rend mal à l’aise, non, je ne vais pas commencer à lui faire une conférence sur mes livres.

Et si quelqu’un prend un de mes livres, et en lit le résumé d’un air concentré, je ne vais pas commencer à lui résumer l’histoire, ou à lui donner 50 raisons pourquoi ce livre est génial et mérite d’être acheté.

Bref… je ne suis pas bonne vendeuse, et je n’ai pas envie de devenir bonne vendeuse. J’aimerais simplement que quelqu’un s’intéresse assez à mes livres pour me poser des questions, pour qu’on puisse avoir une discussion qui, peut-être, va se conclure par une vente.

Ça arrive de temps en temps… Mais la plupart du temps, dans les salons du livre, je finis par me sentir comme ça:

Au Salon littéraire du Québec, en 2015, pendant un moment de détresse existentielle. (Photo par moi-même)

Quand il va de nouveau y avoir des évènements littéraires, oui, je vais y participer.

Mais en attendant, j’avoue que j’apprécie cette pause, loin de ces interactions difficiles, ratées ou inexistantes avec des lecteurs potentiels; interactions qui me rappellent que je suis et serai toujours introvertie, et qui me font parfois remettre toute mon existence en question.

Tant qu’à ne pas vendre beaucoup de livres, je préfère qu’ils soient dans mon salon à moi même si eux, ils trouvent ça plate!