Réflexions sur le sens du mot «Bientôt»

Saviez-vous que j’allais bientôt publier un mini livre électronique gratuit?

Et la toile que je suis en train de peindre pour servir de page couverture à mon roman Le Goût de l’Eau va être finie bientôt! Et mon roman va être publié bientôt, aussi.

Ah, et j’ai commencé à travailler sur la prochaine page de ma bande dessinée Gontrand le Chevalier… Elle devrait être prête bientôt.

Quand, ça?

Bientôt, bientôt, bientôt… Comme vous l’avez peut-être remarqué, je travaille toujours sur plusieurs projets en même temps. Quand je donne des nouvelles de mes projets, j’ai tendance à dire qu’ils vont être prêts «bientôt»…

Selon le dictionnaire Larousse en ligne, le mot «bientôt» signifie: Dans un avenir proche, dans peu de temps.

Hum… Ouais, c’est pas mal ça que je veux dire. Mais c’est souvent difficile de savoir, dans mon cas, si bientôt veut dire 1 jour, 1 semaine, 1 mois, ou 10 mois…

En tant qu’artiste indépendante, je suis libre de travailler à mon rythme, alors mes projets avancent lentement, entre toutes les autres choses que je dois faire (comme par exemple, pelleter pour ne pas me faire enfermer chez nous par la grosse tempête de débile!)

Qui a construit une station de ski dans mes escaliers??

Quand j’écris des articles pour ma job, ou que je dois faire quelque chose pour quelqu’un, et que je dis que je vais le faire bientôt, je le fais le plus vite possible. Quand c’est pour mes projets, je fais de mon mieux… Je suis souvent débordée, peut-être parce que je ne travaille pas vite, ou que je travaille sur trop de choses en même temps. Pourtant, je ne pourrais pas faire autrement!

Si vous faites partie des quelques personnes qui attendent avec impatience mon prochain livre ou ma prochaine page de bande dessinée… Ça s’en vient, je vous le jure!

Bientôt…

En attendant, si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez vous inscrire à ma liste de diffusion pour être certain de ne rien manquer!

 

Illustrer la couverture d’un livre, partie 5

Voici la dernière partie de la série Illustrer la couverture d’un livre!

À la fin de la partie 4, j’avais ajouté quelques touches de couleurs aux silhouettes de mes personnages. En continuant mon travail, j’ai pris pleiiin de photos, de plein de petites étapes, et là, en les regardant, je ne vois plus vraiment les différences d’une photo à l’autre. Je vais donc essayer de vous partager les photos qui montrent le plus l’évolution de la toile.

Ici, j’ai surtout travaillé la neige:

C'est plus l'hiver ici que dehors.

C’est plus l’hiver ici que dehors.

J’ai ajouté des ombres et des détails à la neige:

Brrr!

Brrr!

Ensuite, j’ai une série de photos floues qui essaient de montrer que le haut du ciel est devenu plus foncé. Finalement, ça a donné ça:

Tout à l'air tranquille... Que va-t-il se passer maintenant?

Tout à l’air tranquille… Que va-t-il se passer maintenant?

À cette étape-là, la toile aurait pu avoir l’air d’être finie. Mais il manquait un élément très, très important… Un élément qui allait tout changer.

Une tempête de neige!

Oh oh! Le vent se lève!

Oh oh! Le vent se lève!

Les premiers flocons tombent...

Les premiers flocons tombent…

Tempêêête!

Tempêêête!

Et finalement…

Voici le résultat!

Voici le résultat!

C’est comme ça qu’avec du matériel d’artiste peu coûteux et beaucoup de temps, j’ai créé l’image qui se retrouvera sur la page couverture de mon recueil d’histoires courtes.

Mes 16 histoires sont écrites… Il me reste à les réviser et à les corriger. J’ai hâte de pouvoir les partager avec vous!

Illustrer la couverture d’un livre, partie 1

En fait, le titre complet de ce blogue devrait être «Illustrer la couverture d’un livre grâce à du matériel d’artiste acheté au Dollarama, partie 1».

Je parle souvent de mon recueil d’histoires courtes pour mon projet Livrez au Suivant. Maintenant que j’ai écrit 13 histoires sur 16, le temps de la publication de cet énigmatique recueil approche… Cela signifie qu’il est temps de penser à l’illustration de la page couverture!

C’est moi qui ai peint l’image de la page couverture de mon premier roman, Le Parfum du Vent. C’est une toile (peinte sur un carton lisse et épais plutôt que sur une toile, en fait) qui m’a pris beaucoup de temps à réaliser, mais dont je suis fière.

Ce que vous ignorez peut-être, c’est que j’ai l’intention d’illustrer moi-même tous les livres que j’écrirai et publierai au cours de ma carrière. Parce que je suis capable de le faire, et que pour moi, ça fait beaucoup plus de sens que d’avoir recours aux services d’un graphiste ou d’un illustrateur. Mes livres ne sont pas seulement des livres: ce sont mes oeuvres d’art. Et voilà!

Le temps est donc venu de commencer à travailler sur la page couverture de mon recueil d’histoires courtes… Comme je n’ai en ce moment pas vraiment accès à tout mon matériel d’artiste, à mes pinceaux, mes tubes de peinture et mon chevalet, je suis allée faire un petit tour au Dollarama pour acheter ce dont j’aurai besoin.

Je vais partager avec vous, dans mon blogue, les étapes de création de ma prochaine toile (qui sera peinte sur une toile en bois, et pas sur une «vraie» toile) dans le but, entre autres, de prouver qu’il est possible de réaliser une oeuvre grandiose avec du matériel d’artiste très très abordable.

Voici donc ce que j’utiliserai:

  • Toile D’Artiste, format 8"x10", de marque non spécifiée, 2,50$
  • Peinture acrylique, boîte de 10, de marque Artist’s Series, 2$
  • 12 Pinceaux à peinture Artiste, de marque Crafts, 2$
  • 3 bouteilles de peinture acrylique que je possède depuis longtemps, environ 1$ chacune

J’ai hâte de voir ce que ça va donner… Et vous?

En 2016

En 2016, je vais publier des nouveaux livres.

C’est mon destin. C’est ma prédiction pour la nouvelle année. Si tout va bien, je devrais en publier 3. La première partie des aventures de Gontrand le Chevalier est presque terminée, et j’ai décidé, pour commencer l’année, de concentrer mes efforts pour terminer d’écrire les histoires courtes pour le recueil de mon projet Livrez au Suivant.

Je ne sais pas encore quel sera le titre de ce recueil… Je ne crois pas qu’il s’appellera Livrez au Suivant. Il faut que j’y réfléchisse. Quand j’aurai écrit toutes les histoires, j’ai l’intention de faire un dessin pour illustrer chacune d’elles.

Finalement, j’arriverai probablement à terminer d’écrire la suite de Le Parfum du Vent cette année. (Si vous êtes impatient de lire le tome 2, vous pouvez vous inscrire à ma liste de diffusion pour recevoir par courriel un nouveau chapitre chaque mois!)

Chaque début de Janvier, on dirait que tout le monde, partout, parle de résolutions. Des idées de résolutions à prendre, des trucs pour respecter ses résolutions, des excuses pour ne pas en prendre parce qu’on n’a pas l’intention de les tenir de toute façon…

J’ai l’impression que ce mot-là ne veut plus dire grand chose. Je préfère dire que je me donne des objectifs à réaliser. Au moins 2 livres, peut-être 3. Des livres à publier, pas des livres à perdre.

En 2016, je veux continuer à écrire, à dessiner, à exprimer ce que je veux exprimer, à être l’artiste que je veux être. Je ne «gagne» pas ma vie avec mon écriture et mon art, et je ne la gagnerai peut-être jamais… Mais ce que je veux, c’est faire ce que j’aime, et ce que j’aime, c’est ce que j’ai fait en 2015, et ce que je vais continuer à faire en 2016: travailler sur mes différents projets, et essayer (souvent sans aucun résultat, malheureusement) de partager ces projets et de les faire découvrir à de nouvelles personnes.

En 2016, un de mes objectifs, c’est de mieux utiliser mon temps. Mes projets avancent lentement parce que je manque de temps… Alors je veux le réclamer, ce temps. Mieux le définir, mieux l’utiliser et mieux l’organiser.

Un moyen concret d’essayer d’y parvenir, c’est de me faire chaque soir, dans mon carnet de notes, une petite liste de choses que j’aimerais faire le lendemain. Comme ça, quand j’ai quelques minutes de libre, au lieu de me dire «Boooon…. je fais quoi, là?» je pourrai me dire «Ah oui c’est vrai, j’ai commencé une nouvelle histoire, il faudrait que je la continue!». C’est simple… et jusqu’à maintenant, c’est efficace.

Là, je vais pouvoir rayer «Écrire blogue 2016» de ma liste.

Mon bureau de travail témoigne peut-être d'un certain manque d'organisation. Peut-être. Un peu.

Mon bureau de travail témoigne peut-être d’un certain manque d’organisation. Peut-être. Un peu. C’est peut-être aussi surtout un manque d’espace.

Et vous, avez-vous des résolutions pour 2016? Des objectifs, des rêves, des intentions, des idées? Si oui, avez-vous pensé à des moyens de vous aider à vous rapprocher de vos buts?

De retour dans mon château

C’est ici, dans cette chambre, que j’ai eu, il y a plus de 10 ans, l’idée qui s’est développée pour devenir mon premier roman, Le Parfum du Vent.

C’est aussi ici que j’ai commencé à travailler sur ma bande dessinée, Gontrand le Chevalier.

Dans cette chambre, j’ai aussi travaillé sur de nombreux projets de toutes sortes…

Je suis ici pour les 4 prochains mois.

Depuis que je me suis installée, j’ai écrit au moins 1h chaque soir, et on dirait que l’inspiration vient encore plus facilement que d’habitude…

Ces temps-ci

Ces temps-ci, je travaille sur différents projets en même temps.

Comme d’habitude. Ou en tout cas, comme la plupart du temps. Voici, à titre informatif, un bref survol de mes diverses occupations artistiques, qui pourront entre autres renseigner les gens qui s’intéressent à la future publication de mon livre.

  • Hein, un carré!
  • Je travaille tranquillement pas vite à la (probablement) dernière révision du texte de mon livre. Merci à Marie-Ève de le réviser aussi, et de m’avoir fourni ses commentaires! En passant, les répétitions ne sont pas toujours accidentelles; la plupart du temps, elles ont même une intention. Figures de style, l’ami! 😛
  • J’ai scanné ma toile dont je suis très fière, et je dois maintenant la retravailler un peu beaucoup dans Photoshop. Parce que le scan en très haute résolution fait ressortir des poussières incrustées dans la peinture, et autres désagréments que je dois effacer pour que l’image soit de la plus grande qualité possible. C’est un travail de minutie, mais ça donne des résultats!
  • Je vais très bientôt commencer les couleurs de la prochaine page de Gontrand le Chevalier, dans laquelle il y aura plein de chiens!
  • Mon amie Julie m’a donné le contrat de faire des dessins de ses 2 bands préférés, et je travaille là-dessus!
  • Je continue à écrire le chapitre 7 de mon autre livre, qui avance relativement bien.
  • Je me suis pétée le petit orteil vendredi passé, et il est encore mauve et bleu, et ça fait mal 😦

… Euh, ok, le dernier carré n’est pas exactement une de mes occupations. Mais mon pauvre orteil occupe beaucoup mes pensées, oui. Je risque de souffrir un peu demain à mon cours de baladi.

Pour finir: je vais très bientôt travailler sur un projet audio-visuel, en lien avec Le Parfum du Vent. De quoi s’agit-il? C’est une surprise! Il faut bien garder un peu de suspense pour mes fidèles lectrices…

Qu'est-ce?

Qu’est-ce?

Public Cible

J’ai récemment lu quelques articles qui expliquaient comment rencontrer du succès avec son blogue. Malheureusement, je me souviens plus d’où provenaient ces articles, et je ne peux donc pas les citer directement… Mais je me souviens qu’ils affirmaient pas mal tous que pour écrire un blogue «qui fonctionne», il faut tout d’abord définir qui est le public cible de son blogue, et écrire pour ce public cible. C’est logique. Simple, je suppose.

Qui est le public cible de mon blogue? Humm… Comme je le dis moi-même dans la section À propos de moi du blogue en question: «Dans mon blogue, je parle des étapes de mes différents projets, ou encore des pensées qui m’occupent et que j’ai envie de relater, pour une raison ou une autre. Ce n’est pas nécessairement intéressant ou informatif, mais ça me permet justement de m’exprimer sans devoir chercher à être intéressante ou informative.»

Je pourrais donc conclure que le public cible de mon blogue est: Personne. Ou plutôt: Moi-même + les 2 ou 3 personnes qui lisent et commentent mes publications plus ou moins fréquemment. Pas étonnant que mon blogue rencontre un tel succès! Hourra!

Pourquoi changer une recette qui fonctionne si bien? Je vais continuer à écrire pour moi-même. Mais voyons voir…

Qui est le public cible de mon site internet? Hum… J’aimerais bien le savoir! J’y présente mon portfolio, un lien sur mon blogue (bien sûr!), un lien vers ma page Facebook, et j’y offre mes services pour dessiner des portraits ou diverses illustrations. Qui visite mon site? Je ne sais pas. Qui fait appel à mes services à partir de mon site? Personne. Le peu de contrats que je fais sont pour des gens que je connais déjà.

Qui est le public cible de Gontrand le Chevalier? Les gens qui aiment les bandes dessinées? Les gens qui aiment les chevaliers? Ceux qui peuvent apprécier mon humour quelque peu douteux? Pour l’instant, les fidèles lecteurs de ma bande dessinée sont: mes parents, quelques membres de ma famille, et quelques amies. Mes tentatives de faire connaître Gontrand à plus de gens sont généralement peu fructueuses.

Qui est le public cible de Le Parfum du Vent? Je vais bientôt faire publier mon premier roman. La peinture qui lui servira de page couverture est presque terminée, et je prépare quelques surprises… Qui est mon public cible? Les gens qui aiment lire? Les gens qui aiment les dragons? Les gens qui aiment les histoires plus ou moins fantastiques? Je ne sais pas qui pourrait aimer mon livre, et je ne sais pas comment rejoindre ces gens non plus.

Tant de questions, si peu de réponses! Le meilleur là-dedans, c’est que j’écris des articles et des textes pour une compagnie qui aide d’autres compagnies à se faire connaître. J’écris du contenu pour des sites internet. Ces temps-ci, ma job consiste à écrire des petites biographies basées sur ce que je peux lire sur les sites internet de diverses compagnies. Suis-je donc capable d’aider des concessionnaires automobiles, des avocats, des plombiers, une compagnie de location de limousines et un salon de massages érotiques à se faire de la publicité, mais incapable de trouver des gens qui pourraient s’intéresser à ce que je fais? Il semblerait que oui. Cordonnier mal chaussé? Oui oui.

Mais je continue à faire ce que j’aime, et à aimer ce que je fais. Je suis le public cible que je connais le mieux. Et puis, quand on y pense… Utiliser des gens comme cibles, ce n’est pas très gentil!

publiccible