L’histoire d’un succès inattendu

Quand j’ai lancé ma campagne de financement sur Indiegogo au début du mois d’octobre, je ne m’attendais pas à grand chose. Mon objectif était de 2000$. Je me disais que dans un monde idéal, ou plutôt, un monde très idéalisé, j’arriverais peut-être à atteindre cet objectif… Mais je n’y croyais pas vraiment.

J’avais tout prévu depuis un bon moment. J’avais ma bande-annonce pour mettre en haut de ma page de projet, j’avais composé mon texte, j’avais différents cadeaux exclusifs de différentes valeurs, je les avais pris en photo, je m’étais aussi prise en photo moi-même… J’avais l’intention de partager mon projet sur Facebook, et d’essayer d’en parler au plus de gens possible. Mais comme je déteste me faire de la publicité, je n’avais pas de très grandes attentes.

Mais j’ai essayé quand même. J’ai fait mon possible. Je me suis dit que même si je n’atteignais pas mon objectif, le fait d’utiliser Indiegogo pour une campagne de financement, comme j’avais vu beaucoup d’autres artistes avant moi le faire (sur Indiegogo et sur Kickstarter, aussi), serait une expérience… enrichissante? Peut-être. Dans un sens, je pense que je trouvais ça amusant.

Puis, dès le début, j’ai vu mon pourcentage augmenter rapidement… puis se stabiliser, puis continuer d’augmenter lentement, mais sûrement.

Maintenant, environ un mois plus tard, me voilà avec 105% de mon objectif d’amassé. 105%????? Et il reste encore, au moment où j’écris ceci, 29 heures avant la fin de ma période de financement.

Je n’ai pas encore réalisé ça. On dirait que je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé. J’ai reçu une première épreuve de mon livre le matin de l’Halloween, et je dois maintenant le relire et le réviser pour m’assurer que tout soit parfait avant de faire imprimer l’oeuvre définitive. Je n’ai pas réalisé ça non plus. Aujourd’hui, j’ai assisté au lancement d’un autre livre publié par Les carnets de Dame Plume, dans la même salle de la bibliothèque où mon propre lancement aura lieu, le 7 décembre. Ça s’en vient, et je ne le réalise pas non plus.

Tout ce que je peux dire, c’est «Merci». Merci à tous les gens qui ont supporté mon projet. Il s’agit, en très grande majorité, de gens que je connais. Des gens que je connais, ou qui connaissent mes parents, ou qui connaissent quelqu’un que je connais. Des gens que je vois souvent, d’autres que je n’ai jamais vus. Des gens qui ne sont peut-être pas passionnés par les romans fantastiques avec des dragons et des magiciens, mais qui ont quand même voulu supporter mon projet. Qui ont voulu me supporter.

Qu’est-ce que je pourrais dire d’autre que merci? Je ne sais pas… Vous êtes cool, tout l’monde! Tous ensemble, vous formez un beau 105%! Un beau 105% qui va beaucoup m’aider à réaliser mon rêve, alors… Merci!

Maintenant, il faut que je finisse de réviser mon livre pour une ultime et dernière fois. Il faut que je planifie ce qui va se passer pendant mon lancement, j’imagine. Il faut aussi que je prépare et envoie leurs cadeaux exclusifs à tous ceux qui ont supporté mon projet.

Il va aussi falloir, éventuellement, que je réalise ce qui est en train de se passer!

Le soir d'Halloween, Michael Myers a eu la chance de feuilleter mon livre. Je ne suis pas certaine de ce qu'il en a pensé.

Le soir d’Halloween, Michael Myers a eu la chance de feuilleter mon livre. Je ne suis pas certaine de ce qu’il en a pensé.