3, 2, 1, Lancement!

Mon lancement. Mon lancement de livre est le 7 décembre. C’est-à-dire, demain, puisque le 5 décembre passé minuit, c’est considéré le 6 décembre.

J’ai des boîtes pleines de livres dans mon salon, mon lancement est demain, je vais être dans le journal de Victo, et je pense que je ne réalise pas encore tout ça. Je suis une auteure! J’ai des livres avec mon nom dessus, et des gens vont les lire!!

Je veux ça depuis tellement longtemps, que c’est difficile de réaliser que c’est en train de se produire. Mon liiiiiiiiivre!

Mon livre a commencé sa vie dans ma tête, il a été écrit sur du papier, puis dans un ordi, et maintenant, il est dans ces boîtes:

Avec des boîtes, on peut construire des choses!

Avec des boîtes, on peut construire des choses!

Demain, il va commencer à voyager dans le moooonde entier! Il ira même à New York et en Louisiane. Ira-t-il chez vous?

C’est écrit «Fin»

Fin

C’est écrit «Fin», parce que j’ai fini.

C’est le genre de moment où il faudrait un orchestre invisible qui joue une toune triomphale avec des trompettes… Pour que je réalise que j’ai fini pour vrai, et que c’est un moment spécial dans ma vie de fille qui rêve depuis toujours d’écrire des livres.

Mais comme je ne vis pas dans un film et que je n’ai pas d’orchestre invisible dans ma chambre, la trame sonore de cette soirée particulière sera interprétée par mon ordinateur qui joue de la musique aléatoire, plus ou moins adaptée à la situation.

Mais je m’écarte du sujet principal!

J’ai fini. Ça faisait quelques jours que je prenais mon temps, et que j’étirais la fin de mon histoire. J’ai réalisé que dans le fond, j’avais un peu peur de ce qui arriverait après.

Me couvrirais-je de ridicule si je disais que j’ai commencé à écrire cette histoire en octobre 2003, pendant ma première année de Cégep? C’est pourtant le cas.

De 2003 à 2013, donc, j’ai écrit cette histoire qui n’a pas encore de titre officiel. Bien sûr, je n’ai pas fait que ça: j’écris aussi une autre histoire (que j’ai commencé à écrire il y a plus longtemps encore) et je travaille sur une bande dessinée, et je fais sans cesse des millions d’autres choses…

Mais 10 ans. C’est long. C’est ridicule à quel point c’est long. Pourtant, je me souviens encore d’où j’étais exactement quand j’ai écrit les premières lignes de mon histoire, sur une feuille de cartable que j’ai ensuite pliée en deux pour la mettre dans mon agenda, et qui aujourd’hui est bien maganée.

C’est long, mais en même temps, j’ai l’impression que ça a passé vite. C’est une question de point de vue, je suppose.

Mais passons là-dessus. Je sais comment écrire une histoire en prenant mon temps, mais c’est la première fois que j’en termine une.

Qu’est-ce qui va se passer maintenant? Premièrement, il faudra que je trouve l’inspiration pour exécuter une petite danse de la joie, pour célébrer comme il se doit la fin de cette (trop) longue période de ma vie!

Ensuite? Ce sera le début d’une nouvelle étape! Restez à l’affût!