J’ai peur des gens

Je ne suis pas une fille très sociable, et je ne me sens pas à l’aise avec tout le monde. Pas avec n’importe qui. Et ça m’arrive de me dire que c’est parce que parfois, j’ai peur des gens.

Pourquoi?

J’ai peur des gens parce qu’il y en a qui semblent croire que d’autres méritent de mourir à cause de la couleur de leur peau. Parce qu’il y en a qui méprisent ceux qui ne leur ressemblent pas. Parce qu’il y en a qui sont fiers de déclarer qu’ils sont racistes. Parce qu’il y en a qui ont décidé que la pandémie n’était qu’un mensonge ou une conspiration, et qu’ils se moquent de ceux qui prennent la mort et la souffrance au sérieux. Parce qu’il y en a qui semblent vouloir profiter de la situation pour mettre en place des lois qui n’ont pas d’allure. Parce qu’il y en a qui, derrière leur écran, se permettent d’insulter, de ridiculiser et de rabaisser ceux qui ne pensent pas comme eux, qui ne partagent pas leurs valeurs, leurs opinions et leurs certitudes. Et je pourrais énumérer plusieurs autres raisons…

Est-ce qu’on ne pourrait pas juste être gentils et bienveillants les uns envers les autres? Si c’est trop difficile de s’aimer, est-ce qu’on pourrait au moins juste se respecter, et respecter le fait qu’on est tous différents? Come on, la gang, je suis sûre qu’on est capables!

J’ai peur des êtres humains parce qu’ils peuvent être méchants, cruels, violents, égoïstes, méprisants et stupides… Alors que je sais très bien qu’ils peuvent aussi être honnêtes, généreux, tolérants, altruistes, et pleins de compassion et de bonnes intentions.

Mais des fois… on dirait que ça ne leur tente juste pas?

 

Ça peut sembler bizarre de dire que j’ai peur des gens mais que j’aime les films d’horreur… Mais sérieusement, je n’ai jamais vu un film aussi effrayant que la réalité. Et même quand un film est troublant, révoltant ou dégoûtant, ce n’est qu’un film, une histoire. Personne n’a souffert pour de vrai.

Et d’une certaine manière, je pense que le fait de regarder des films d’horreur, ou certains films, en tout cas, me permet d’essayer de mieux comprendre les gens. D’essayer de mieux comprendre leurs motivations, leurs forces et leurs faiblesses. C’est quelque chose que je ne sais pas comment bien expliquer, mais je pense que les fantômes, les adorateurs de Satan qui font des sacrifices humains, les vampires, les poupées maléfiques, et même les tueurs fous m’aident à avoir une meilleure vision de l’humanité.

C’est aussi un peu pour ça que j’écris.

Dans mes histoires, il y a des personnages méchants, oui. Et des bonnes personnes qui peuvent faire de mauvaises choses. Mais pour les rendre crédibles, il faut que je me mette à leur place pour comprendre pourquoi ils font ce qu’ils font, et pour essayer de le faire comprendre aux lecteurs.

Et puis, en tant qu’auteure, je peux m’arranger pour punir les personnages qui sont vraiment horribles… Et en montrant des exemples de personnages bien intentionnés qui se retrouvent dans des situations douloureuses ou injustes, mais qui ne deviennent pas des monstres pour autant, je pense que je me crée un peu de réconfort.

Donc, j’ai peur des gens, mais je ne les déteste pas. Je sais qu’ils sont capables du meilleur comme du pire, et j’essaie, à ma manière, de comprendre pourquoi…

 

Ourse Ardente et les livres numériques

Que vous les appeliez livres numériques, livres électroniques, ou ebooks, je pense que ça n’a pas vraiment d’importance. J’ai déjà lu des articles qui prédisaient que les livres numériques allaient éventuellement remplacer les livres en papier, un peu comme la musique en ligne est supposée prendre la place des CDs.

Dans les deux cas, j’ai des gros doutes. Je n’ai jamais rencontré personne qui aimait vraiment les livres numériques.

En fin de semaine, j’étais à Trois-Rivières pour La Pause Littéraire. En plus de présenter mon roman Le Parfum du Vent, j’offrais aux gens de recevoir gratuitement, par courriel, mon nouveau recueil d’histoires courtes. Une seule personne était intéressée par mon offre.

La plupart des gens disaient qu’ils n’aimaient pas les livres numériques, et qu’ils préféraient les livres en papier. Je suis tout à fait d’accord! Par contre, je crois que les livres numériques ont certains avantages…

Premièrement, pour moi, ils ne coûtent rien à produire… à part du temps. Si j’ai des choses à changer ou des fautes à corriger, il me suffit de mettre une nouvelle version de mon document sur internet. Les corrections ne se font pas aussi facilement sur un livre imprimé!

Comme ça ne me coûte rien à produire, je peux les offrir pour pas cher. Dans le cas de mon nouveau recueil, Ourse Ardente et 15 autres histoires, je l’offre pour environ 1$. C’est certain que je ne me rendrai pas riche avec ça, et ce n’est pas mon but. Mon but, c’est que mes histoires soient lues et, je l’espère, appréciées.

Pensez-y: je suis peut-être votre prochaine auteure préférée! Mais vous ne le savez pas, parce que vous ne me connaissez pas, et vous n’avez jamais lu aucun de mes livres. Donc, vous n’avez pas vraiment de bonne raison de payer 20$ ou 25$ pour acheter mon roman, celui imprimé sur du papier. (Sauf peut-être si vous ne savez plus quoi faire de votre argent, ou que vous êtes attiré par l’image de couverture et par le résumé de mon livre, ou encore, qu’une personne que vous connaissez vous l’a recommandé, ce qui est peu probable.)

Mon roman n’est pas disponible en librairies, mais même s’il l’était, je ne sais pas si j’en vendrais beaucoup. Si vous ne me connaissez pas, vous n’allez probablement pas vous jeter sur mon livre dans une librairie. Et ce n’est certainement pas le fait de me rencontrer et de m’écouter parler de mon livre pendant une minute ou deux qui va vous convaincre de l’acheter… Je n’ai vendu qu’un seul roman à La Pause Littéraire.

Quelle est donc la solution pour que vous puissiez découvrir si je suis votre future auteure préférée, ou pas? C’est simple: les livres numériques!

Ourse Ardente peut être à vous pour environ 1$… Ce n’est pas cher, c’est parfait pour essayer, pour goûter, pour savoir si vous aimez ma façon d’écrire et mon imagination, ou si mes histoires ne sont pas faites pour vous. C’est aussi un bon prix pour simplement encourager une fille qui rêve d’écrire des livres depuis longtemps. Acheter mon recueil, c’est une façon de me donner une petite tape dans le dos et de me dire, «Continue comme ça, c’est bon c’que tu fais, pis c’est important de réaliser ses rêves!»

Un livre numérique à 1$, c’est tellement pas cher, et ça me fait tellement plaisir de pouvoir le partager avec vous, qu’il n’existe presque pas de bonnes raisons de ne pas l’acheter! Et si vous ne l’aimez pas… Donnez-le à quelqu’un d’autre, ou supprimez-le de votre ordinateur ou de votre tablette. «Clic! Le recueil numérique pas bon est disparu!»

Si vous l’aimez, peut-être que ça vous donnera envie d’acheter aussi Le Parfum du Vent en version numérique, pour environ 4$. Si vous aimez vivre dangereusement, vous pourriez même avoir envie d’acheter une version imprimée de mon roman, un vrai livre en papier, livré chez vous pour 30$, ce qui inclut le 10$ de livraison que Postes Canada me charge quand j’envoie mon livre par la poste.

Tout ça pour dire que je pense que les livres numériques peuvent être une belle manière de découvrir de nouveaux auteurs, à qui vous n’auriez pas nécessairement donné de chance si vous aviez aperçu leur livre à 20 ou 30$ dans une librairie.

Oh et… Ourse Ardente et 15 autres histoires sera sûrement disponible en version papier éventuellement… Mais ça coûtera plus cher que 1$!

Cliquez sur l'image pour voir mon recueil sur Amazon!

Cliquez sur l’image pour voir mon recueil sur Amazon!