Film d’écrivain en péril: The White Goddess

Le film que j’ai visionné hier soir n’est pas comme les autres films dont j’ai parlés dans mon blogue. Ce n’est pas un vieux film d’horreur enregistré à la télévision, mais bien un tout nouveau film indépendant appelé The White Goddess.

C’est un film que j’avais encouragé sur la plateforme Indiegogo, et j’ai récemment reçu un lien pour le visionner. Il est présentement disponible sur Amazon Prime, pour ceux et celles que ça pourrait intéresser!

Il est uniquement disponible dans sa version originale, en anglais, mais j’imagine que s’il était traduit en français, son titre serait La déesse blanche. Ce qui est intéressant à savoir, c’est que le film a été filmé au Québec, dans le coin de La Baie!

Voici ma traduction du résumé du film: «Une écrivaine solitaire recueille un homme blessé qu’elle trouve dans la forêt, loin dans le nord, et des choses étranges commencent à se produire.»

Ce que je ne savais pas avant de regarder le film, c’est que The White Goddess: a Historical Grammar of Poetic Myth est le titre d’un essai écrit par le poète anglais Robert Graves. Dans ce livre, il présente sa théorie d’une déesse de la vie, de la mort, de l’amour, de la destruction, etc., qui aurait été au coeur d’une religion matriarchale pendant la préhistoire…

Mais revenons au film! Rebecca est une écrivaine qui habite une maison isolée près d’un lac gelé. Elle est venu s’y installer pour être seule et pour écrire, mais son projet n’avance pas comme elle le voudrait. Elle semble être obsédée par la mythologie grecque, et plus précisément par l’histoire de Narcisse et de la nymphe Écho.

Un jour, elle recueille un homme blessé, inconscient et en hypothermie, qu’elle a trouvé dans la forêt près de sa maison. Elle le traîne jusque dans un lit et s’occupe de lui. Quand il se réveille, il ne se souvient plus de grand-chose, mais il cherche son portefeuille, son téléphone et ses clés. Rebecca insiste qu’il n’avait rien de tout ça avec lui quand elle l’a trouvé.

Lorsqu’il se sent mieux, Andrew décide de partir, mais il finit par décider de rester avec Rebecca après qu’elle ait tenté de se suicider. Il s’inquiète pour elle, mais elle refuse de le laisser appeler une ambulance.

Ils passent donc plusieurs jours ensemble, et les choses étranges mentionnées dans le résumé du film se passent en fait dans l’esprit de Rebecca, dans des rêves ou des visions. Elle partage avec Andrew ses idées sur le mythe de la déesse blanche, et sur sa religion matriarchale. Elle finit par déclarer avec passion que c’est injuste que les hommes aient fini par prendre le pouvoir sur les femmes, et que comme ce sont les femmes qui donnent la vie, les hommes devraient juste se taire et les écouter! Ce à quoi Andrew réplique qu’elle est folle… mais en gentleman qu’il est, il attend qu’elle soit partie pour émettre ce commentaire.

Mais Rebecca est-elle folle, ou est-elle plutôt l’incarnation de la déesse de la vie, de la mort, de l’amour, et de la destruction? À voir de quelle manière la relation entre Andrew et elle se développe et se termine, je dirais qu’elle est l’incarnation d’une déesse blanche… en plus d’être instable mentalement.

Beaucoup de liens avec la mythologie sont présents dans le film, mais il me faudrait faire plus de recherches pour tout comprendre. Par exemple, les pommes et les pommes grenades semblent jouer un rôle important, mais j’ai aussi remarqué la présence d’images d’ours et de vaches…

Voici le message qui apparaît à la fin du film! Mon nom est dans cette liste de remerciements, et sera à jamais associé à The White Goddess.

Le film de la semaine: La possession de Paul Twist

Le film de la semaine est La possession de Paul Twist, ou Final Draft dans sa version originale anglaise. Le film n’a même pas de page Wikipédia en Français, et je viens de lire pleiiiin de commentaires négatifs à son sujet…

Je l’ai enregistré sur Frissons TV, qui en donnait ce résumé: «Un scénariste qui s’est enfermé dans un appartement afin d’écrire un film d’horreur se sent devenir la cible du tueur qu’il a créé.» Lire la suite