Une deuxième rencontre avec Henry

Dans mon dernier article de blogue, je vous ai offert un petit extrait d’Henry, le deuxième livre de ma Mini Collection.

Je vous ai aussi mentionné que le personnage d’Henry allait être important dans l’histoire sans titre que je suis en train d’écrire. Aujourd’hui, je vous offre un extrait de l’histoire en question!

En la comparant avec l’autre extrait, vous allez pouvoir constater qu’Henry a bien changé entre les deux livres…

Pourquoi? Vous allez le découvrir un jour…

« – Henry, je veux que vous m’expliquiez ce que je fais ici. Vous m’avez enlevée, et j’ai le droit de savoir pourquoi. Êtes-vous des pirates?

Le foulard noir qui masquait le visage du capitaine remua tandis qu’il plissait les yeux.

– Non. Ne m’appelez pas Henry, lui dit-il sèchement. Appelez-moi simplement capitaine.

Marianne fronça légèrement les sourcils. Des sons étranges accompagnaient les paroles du capitaine; elle ne pouvait pas l’ignorer. Elle avait l’impression qu’il gardait dans sa bouche une immense boule de gomme à mâcher, ou encore, qu’il lui parlait en faisant rouler sur sa langue une éponge imbibée d’une matière visqueuse et collante. Pour accentuer son dégoût, elle remarqua aussi à cet instant l’odeur qui flottait dans la pièce. Alors que sa propre cabine sentait l’humidité et que l’air salin de la mer agrémentait le pont du navire, la chambre du capitaine était imprégnée d’un parfum musqué et viril, qui semblait chercher à dissimuler une odeur écœurante, à la fois âcre et métallique. Ce mélange d’odeurs provenait-il du capitaine lui-même?

– Nous ne sommes pas des pirates, nous sommes des corsaires, ajouta celui-ci en ignorant très certainement la véritable cause du trouble soudain de la jeune femme.

– Je crois que ça ne change pas grand-chose pour moi, dit-elle avec froideur. Capitaine, dites-moi pourquoi vous m’avez enlevée, et ce que vous avez l’intention de faire de moi.

Il poussa un soupir ennuyé, qui fut suivi par un chuintement particulièrement visqueux.

– Je ne vais certainement pas tout vous expliquer, dit-il d’un ton un peu hautain.

– Et pourquoi pas? dit Marianne avant de serrer les dents.

Le silence se mit alors à flotter dans la pièce, ce qui permit à la jeune femme de constater que l’eau de la bouilloire était en train de bouillir. Elle émettait un frémissement qui ne tarderait pas à gagner en intensité.

Le capitaine se recula contre le dossier de son fauteuil comme pour témoigner d’un confort exagéré.

– Parce que tel est mon bon plaisir, répondit-il enfin d’un ton encore plus hautain.

La mâchoire de Marianne se serra davantage. Elle eut la désagréable impression que, si son hôte semblait tout d’abord mal à l’aise devant elle, il faisait maintenant des efforts pour paraître arrogant et désagréable. Pourquoi?

– Votre bon plaisir, c’est de me laisser dans l’ignorance? avança-t-elle.

– Non. Mon bon plaisir est de ne pas vous tourmenter inutilement avec des choses que vous ne pouvez pas comprendre.

La jeune femme fit de son mieux pour rester calme.

– Vous ne voulez pas me tourmenter? Ce qui me tourmente, capitaine, c’est de ne pas savoir ce qui se passe. »

Mon histoire n’a pas encore de titre, mais elle avance à un bon rythme! Mon carton de planification était plein, alors je l’ai viré de bord… Je suis maintenant en train d’écrire le chapitre 19.

Faites connaissance avec Henry

Ce mois-ci, sur ma page Facebook, c’est le deuxième livre de ma Mini Collection, Henry, qui est mis en vedette.

Henry aime le thé. Et vous?

Le personnage d’Henry va être très important dans l’histoire que je suis en train d’écrire. Si vous n’avez pas encore lu ce petit livre qui sert d’introduction à ce personnage, en voici un petit extrait:

« Bientôt, l’équipage du Manchot, sous la supervision du second du capitaine, commença à manœuvrer pour s’approcher tout en douceur du port de La Royave, et y accoster. On ordonna un peu brusquement au jeune homme de s’écarter afin de ne pas gêner le travail des marins. Henry se tint donc immobile dans un coin et contempla l’adresse et la discipline des hommes qui manipulaient voiles et cordages.

Un peu plus tard, le navire était amarré au bout d’un immense quai, et l’équipage commençait à décharger la marchandise qui était entassée dans la cale. Henry tenta, comme son père l’aurait sans aucun doute fait, de superviser la façon dont ses caisses de thé étaient transportées et empilées sur le quai, mais aucun marin n’écouta ses directives ni ne le prit au sérieux, et on lui ordonna une fois de plus de s’écarter.

Henry supposa que les marins du Manchot le méprisaient parce qu’il était jeune et inexpérimenté. Le fait que ses parents soient riches, et qu’il deviendrait forcément riche à son tour, ne devait pas les inciter à apprécier sa présence. Le voyage du retour semblerait interminable, puisqu’il ne pourrait plus compter sur la compagnie de Marie-Anne. »

Dans un futur blogue, je vous partagerai un extrait exclusif de l’histoire que je suis en train d’écrire, et qui se passe longtemps après le premier voyage d’Henry en mer…

6 livres en 1 an

C’est au mois de Juin que je vais lancer le troisième livre de ma Mini Collection! Vous pouvez déjà précommander le livre «Flint et Cal» sur mon site, et en apprendre plus sur les autres petits livres à venir.

Quand j’ai eu l’idée fabuleuse de lancer 6 livres en 1 an, je n’avais pas exactement pensé au travail que ça représenterait. Bon, mes 6 livres sont déjà écrits, c’est une bonne partie de la job de faite!

Mais pour chacun des livres, qui sont publiés à chaque deux mois, il faut que je révise une dernière fois, que j’écrive une nouvelle introduction, que je crée la version finale de la page couverture avec le numéro ISBN, que j’envoie des copies aux archives du Québec et du Canada pour le dépôt légal, que je prenne des petites photos promotionnelles, que je planifie une séance de signature, et, bien sûr, que j’essaie de faire de la publicité et de convaincre des gens d’acheter mes livres.

J’ai sans doute oublié quelques petites choses, mais en gros, c’est ce qu’il faut que je fasse. Pour chaque livre.

En plus, il y a le fait que je doive parfois m’imposer des dates limites qui n’ont pas toujours de l’allure, pour sauver de l’argent. Je fais imprimer mes livres avec le site lulu.com, et de temps en temps, ils ont des promotions qui permettent d’économiser les frais de livraison. Et quand les frais de livraison montent à presque 100$ pour une boîte de livres, ça vaut la peine de faire des efforts pour ne pas avoir à les payer!

Il y a justement une promotion en cours, qui se termine le 28 Mai, et qui me donne envie de finaliser et commander le cinquième livre de ma Mini Collection, qui va sortir en Août… C’est loin, le mois d’Août, mais je ne sais pas s’il va y avoir une autre promotion d’ici là, donc je ne veux pas risquer de perdre ma chance de ne pas payer la livraison…

Alexander, Henry, et bientôt, Flint et Cal…

Bref, c’est beaucoup de travail, et il faut que je pense à beaucoup de choses, et tout ça pour ne vendre environ que 10 copies de chaque nouveau livre qui sort.

C’est du travail que j’aime faire malgré tout… mais c’est certain que je ne vais pas prendre l’habitude de publier 6 livres à chaque année!

Le film de la semaine: Le cygne noir

Le film de la semaine est Le cygne noir, The black swan en version anglaise. À ne pas confondre avec le film de ballet qui porte le même nom, parce qu’il s’agit ici d’un film de pirates sorti en 1942!

J’avais enregistré ce film sur Silver Screen Classics, et en voici le résumé peu évocateur: «Un jeune capitaine part à la recherche d’un pirate notoire.» Lire la suite

Extrait du mini livre Henry

Le deuxième livre de ma Mini Collection, «Henry», est disponible dès aujourd’hui!

Le livre met en vedette un jeune homme appelé Henry de Courval, qui va se mettre à rêver de devenir capitaine d’un navire pendant son premier voyage en mer.

Henry va être un personnage assez important dans le nouveau livre que j’ai commencé à écrire à la fin du mois de Janvier. C’est le concept: tous les personnages des 6 premiers livres de ma Mini Collection vont se retrouver dans cette fameuse histoire…

Voici donc, pour vos yeux curieux, un petit extrait du livre Henry:

« Il resta assis pendant que les marins appareillaient pour quitter le port de La Royave. Il resta assis pendant un très long moment. Puis, il se leva, et quitta sa cabine.

Il monta sur le pont. Le ciel était gris, et la mer était plutôt calme, animée par des vents qui leur étaient sans doute favorables. L’île de La Royave était déjà loin derrière eux. Henry inspira longuement l’air salin qui s’offrait à lui, puis s’approcha du second du capitaine qui marchait lentement sur le pont, les mains jointes derrière son dos, et qui supervisait le travail de l’équipage.

– Monsieur Bernat? lui dit Henry pour attirer son attention.

Le second se tourna vers lui avec un sourire mince, mais honnête.

– Que puis-je faire pour vous, Monsieur de Courval?

Henry pinça les lèvres, puis se lança :

– Je me demandais, en fait, si moi, je pouvais faire quelque chose pour vous, Monsieur Bernat.

Le second du capitaine fronça légèrement les sourcils.

– Je vous demande pardon?

– Je suis le seul passager à bord, expliqua Henry, et j’ai l’impression… Enfin, j’aimerais bien, si vous le permettez, faire quelque chose pour me rendre utile.

Monsieur Bernat le considéra d’un air un peu incrédule.

– Nous pourrons bien vous trouver quelques tâches qui ne nécessitent aucune expérience, dit-il enfin. C’est bien ce que vous voulez?

– Oui, Monsieur, approuva Henry en hochant la tête. J’aimerais me rendre utile.

Son interlocuteur sembla étonné et déconcerté par sa demande, mais il faisait des efforts pour ne pas le laisser paraître, et Henry lui en était reconnaissant.

– Laissez-moi en parler avec le capitaine, dit-il avant de s’éloigner.

Henry le regarda se diriger vers l’arrière du navire, où le capitaine, avec toute la prestance qu’il pouvait se permettre, tenait le gouvernail d’un air peu avenant. Henry observa son visage tandis que Monsieur Bernat lui présentait sa demande. Il parut tout d’abord incrédule, il fronça ses sourcils noirs en grattant son crâne chauve, puis arma son visage d’un sourire qui semblait exagérément cruel. Il dit quelques mots à son second pendant qu’une lueur de mépris gonflait ses yeux sombres.

Monsieur Bernat s’inclina, puis revint vers le jeune homme.

– Le capitaine souhaite que vous aidiez Lon à la cuisine, l’informa-t-il, et il veut que vous lui disiez qu’à partir de maintenant, vous allez prendre vos repas avec le reste de l’équipage.

Le second faisait preuve de réserve, comme à son habitude, mais Henry crut lire dans son regard qu’il était sincèrement désolé pour lui. »

Henry avait soif.

Si vous voulez acheter le livre, vous pouvez le commander à partir de mon site internet, ou encore sur le site de Lulu.com.

Il n’est pas disponible en librairie, mais si vous êtes à Victoriaville, vous pouvez le trouver chez Les marchés délice et création au 212 Boulevard Bois-Francs Nord, ou vous pouvez venir me rencontrer à la Librairie Serpent d’ébène le 6 Avril, où je ferai une petite séance de signature de 12h à 16h.

Commentaires sur les livres de la Mini Collection

Si vous avez lu un, ou plusieurs des petits livres de ma Mini Collection, je vous invite à me partager vos commentaires sur cette page.

Il vous suffit de me laisser un commentaire ci-dessous pour parler du ou des livres de votre choix. Vos commentaires pourraient donner envie à d’autres personnes de lire mes livres, et surtout, c’est toujours agréable pour moi de savoir ce que mes lecteurs en pensent!

Merci beaucoup de prendre le temps de commenter votre lecture,

Myriam