Hansel, Gretel et la censure

Connaissez-vous la collection des Contes interdits de la maison d’édition AdA?

Si oui, vous êtes peut-être déjà au courant que le directeur général d’AdA et Yvan Godbout, l’auteur du roman Hansel et Gretel, ont été arrêtés la semaine dernière, et vont être accusés de production de pornographie juvénile. Tout ça, à cause d’un petit passage du roman qui décrit le viol d’une enfant.

Je trouve que la couverture du livre explique très bien que c’est une histoire sombre, qui n’est pas pour les enfants…

Je ne connais pas Yvan Godbout, mais je n’ai lu et entendu que de bonnes choses à son sujet. Il semble très apprécié par ses lecteurs, et par ses collègues auteurs.

J’ai lu son Hansel et Gretel, parce que ma mère me l’avait acheté pour Noël, il y a 2 ans, avec 2 autres livres de la collection des Contes interdits. Oui, il y a beaucoup de choses horribles dans le roman, mais personnellement, ce ne sont pas les scènes de viol qui m’ont marquée le plus. Je dis LES scènes, parce que oui, il me semble qu’il y en avait plus qu’une, alors je ne comprends pas pourquoi une d’entres elles suscite tant la controverse, alors que les autres, c’est pas grave, c’est correct.

Oui, il y a beaucoup de choses horribles dans ce roman… mais justement, c’est un roman d’horreur! C’est une histoire fictive, avec des personnages fictifs, dont le but est de choquer le lecteur, de lui faire peur, de lui montrer ce qu’il y a de plus sombre et de plus sale chez l’être humain.

Le viol d’enfant et la maltraitance d’enfant n’y sont absolument pas glorifiés ou banalisés. Ils y sont présentés comme des choses vraiment dégueulasses, et ceux qui en sont responsables subissent des morts atroces et sanglantes, que dans une histoire fictive mettant en scène des personnages fictifs, ils ont amplement méritées.

Je ne pense pas que les lecteurs, en lisant ce livre, se disent «Ah, j’aime ça quand les enfants souffrent!»… Au contraire, la situation des deux enfants est vraiment insupportable, et on ne peut pas faire autrement que de sympathiser avec eux, et de vouloir que leur cauchemar se termine au plus vite.

Mais bon… de moins en moins de lecteurs vont pouvoir le lire, ce livre, parce que l’inventaire de la maison d’édition a été saisi, et les magasins les retirent de leurs tablettes.

La prochaine étape, ça va être de saisir les exemplaires des gens qui en possèdent, de faire un gros tas de livres, et de les brûler sur la place publique? Tsé…

Je trouve que ça n’a vraiment pas d’allure. Si des accusations comme ça peuvent se produire une fois, ça va s’arrêter où? Est-ce que tous les écrivains québécois et les producteurs de films québécois vont se faire arrêter si quelqu’un trouve un petit quelque chose de déplaisant dans leurs oeuvres? Est-ce que tous les artistes québécois doivent se mettre à avoir peur que leur travail soit censuré, ou pire encore? Est-ce que je vais être accusée de cruauté animale parce que mon Dragon mange des chevreuils dans mes deux romans fantastiques?

Il y a une différence entre la réalité et la fiction. Quant à moi, la vraie vie est beaucoup plus horrible que la fiction. Dans la fiction, bien souvent, les scènes de violence servent à dénoncer la violence qui existe déjà dans la réalité. Les films d’horreur et les livres d’horreur n’incitent pas les gens à imiter ce qui s’y passe. (Bon, il y a des gens qui le font parfois, malheureusement, mais ça, c’est parce qu’ils ont de gros problèmes dans leur tête, et ça, c’est une autre histoire…)

Comme d’autres l’ont dit avant moi dans l’affaire Hansel et Gretel, il me semble que notre système de justice devrait s’occuper d’arrêter les pédophiles et ceux qui maltraitent les enfants dans la vraie vie, plutôt que de s’acharner sur un écrivain de livres d’horreur et un éditeur.

Si cette affaire vous intéresse, je vous invite à lire et à signer cette pétition: https://www.change.org/p/laisser-tomber-les-charges-de-culpabilit%C3%A9-contre-yvan-godbout-et-les-%C3%A9ditions-ada