Beaucoup de travail pour mon Dragon

Voici le dernier blogue de ma série de 4 blogues pour commencer l’année 2017 du bon pied!

En 2016, j’ai fini d’écrire Le Goût de l’Eau, le deuxième et dernier tome de mon histoire de dragon commencée dans Le Parfum du Vent.

Je pense pouvoir publier tout ça en 2017… On est juste au début Février, il reste 11 mois avant la fin de l’année, donc c’est possible, non? Je pense que oui, mais pour le moment, il me reste beaucoup de travail à faire!

Premièrement, je n’ai pas encore fini de taper mon manuscrit à l’ordinateur… Avec mon poignet gauche qui n’a toujours pas retrouvé le droit chemin de la santé musculaire, ça n’avance pas vite… Mais ça avance.

Pour l'instant, mon livre ressemble à ça!

Pour l’instant, mon livre ressemble à ça!

Quand tout mon texte sera dans mon ordinateur, ça sera le temps de le relire, de le réviser, de le corriger… Je ne sais pas combien de temps ça va prendre.

Il y a aussi la peinture qui va me servir d’image de page couverture, que je n’ai pas commencée encore… Je la vois quand même assez bien dans ma tête, mais la sortir de ma tête pour la créer dans la vraie vie, ça peut être difficile, et ça peut prendre du temps.

Et ma peinture ressemble à ça...

Et ma peinture ressemble à ça…

Quand j’aurai tout mon texte et ma toile, ce sera le temps de créer un livre! En résumé, je ne sais pas combien de temps ça va prendre, je ne peux même pas donner d’estimation… Mais mon but, c’est de m’organiser pour faire tout ça en 2017!

Bonne fête de 2 ans!

Ça fait aujourd’hui 2 ans que j’ai lancé mon premier roman, Le Parfum du Vent, à la bibliothèque Charles-Édouard Mailhot de Victoriaville! Bonne fête à mon dragon!

En 2 ans, j’ai participé à quelques salons du livre avec mon roman. J’ai reçu quelques commentaires qui m’ont fait plaisir, et je sais qu’il y a des gens qui attendent mon tome 2 avec impatience!

Youppi!Mais de manière générale, on ne peut pas dire que mon livre a vraiment connu un grand succès… Un livre fantastique dans lequel il n’y a pas beaucoup d’action, écrit par une auteure inconnue qui ne connaît pas grand monde, et qui en plus a choisi de publier son premier roman à compte d’auteure et de le vendre elle-même… C’était pourtant une recette gagnante depuis le début… Non?

Malgré tout, en 2 ans, j’ai réussi à vendre, si mes calculs sont exacts, (et ils ne le sont pas toujours!) 187 copies de mon roman! Ça, plus quelques copies numériques, mais tellement peu que ça ne vaut pas vraiment la peine de les compter.

C’est quand même pas si mal! Je suis quand même fière de moi. J’aime ce que je fais, et j’aime ma manière de le faire… même si je suis souvent décue quand j’essaie d’organiser des concours et des promotions mais que je n’arrive pas à rejoindre grand monde.

L’année 2016 est presque finie! En 2017, je vais travailler fort pour publier Le Goût de l’Eau, et je vais continuer à écrire, et à essayer, et… rendu là, je peux juste m’améliorer, je pense!

Bientôt 2

Bientôt, ça va faire 2 ans que j’ai publié mon premier roman, Le Parfum du Vent!

En effet, mon lancement a eu lieu le 7 décembre 2014… Je m’en souviens comme si c’était hier! Ou, en tout cas… je m’en souviens comme si c’était un jour important, qui était il y a 2 ans.

Ça fait un petit bout que je me dis que je devrais faire un petit quelque chose pour célébrer mon deuxième anniversaire de lancement… L’année passée, pour mon premier anniversaire de lancement, j’avais porté mon t-shirt Le Parfum du Vent, et j’avais calculé que j’avais vendu 170 copies de mon roman, et que pas grand monde m’avait donné leurs commentaires, et j’avais conclu que mon projet Livrez au Suivant (comme plusieurs de mes tentatives de faire participer les gens à quoi que ce soit) était un échec.

Bon, ben coudonc! C’était vraiment toute qu’un party, le 7 décembre 2015, hein!

Cette année, pour mon deuxième anniversaire de lancement, j’ai envie de faire un petit quelque chose aussi, mais je ne sais pas trop quoi. Je pourrais compter combien de romans j’ai vendu 1 an plus tard…. Ouais, ça c’est une bonne idée. Quoi d’autre?

J’avais pensé organiser un petit événement Facebook pour célébrer et se rappeler le jour du lancement, mais si je me fie à mes expériences précédentes avec la création d’événements Facebook, je sais d’avance que ça ne sera pas un succès.

Je pourrais faire un petit concours pour qu’une personne gagne une copie gratuite du livre? Ouains… Personne n’achète mon roman sur internet, et personne ne réclame l’offre de livre électronique gratuit que j’offre à ceux qui viennent me voir lors des Salons du livre… alors j’imagine que personne ne va participer à mon concours non plus.

Je pourrais faire une petite promotion et réduire le prix du roman pour quelques jours, ou pour tout le mois de Décembre? Peut-être… Mais je ne m’attends pas à grand-chose non plus.

C’est de plus en plus encourageant! Avez-vous des suggestions? Une idée originale pour célébrer le deuxième anniversaire du lancement du premier roman inconnu d’une auteure inconnue? Quelque chose d’amusant, de spécial, et/ou de tellement simple que je ne pourrai pas le considérer comme un échec? Je vous écoute!

Sinon, ben je vais juste porter mon t-shirt de dragon encore une fois!

Tant qu’à faire, je vais aussi profiter de ce beau moment de complicité entre nous pour vous annoncer le titre du tome 2 de mon roman… Les gens qui sont abonnés à ma liste de diffusion (et qui lisent mes courriels!) le savent déjà… Pour ceux qui ne le savent pas, après Le Parfum du Vent, il y aura Le Goût de l’Eau!

Ta-daam!

Ta-daam!

Pour savoir quand et comment vous pourrez lire ce fabuleux roman quand il sera prêt, vous pouvez continuer à suivre ce blogue… ou me suivre sur Facebook… ou vous abonner à ma liste de diffusion…

Un peu de préparation

J’ai deux salons du livre qui s’en viennent: un à Gatineau le 22 octobre, et un à Sainte-Marie de Beauce, les 5 et 6 novembre.

J’aime bien participer à ce genre d’événement, rencontrer des auteurs passionnés, découvrir de nouveaux livres, parler à des gens qui aiment la lecture… Je m’y sens à ma place, quand même, et je ne me sens pas exactement à ma place partout.

Par contre, je reviens souvent d’un salon du livre avec une petite (ou une moyenne grosse) déception. Eh oui, j’en ai souvent parlé dans ce blogue: personne ou presque personne n’achète mes livres, mes livres et/ou ma manière de les présenter génèrent plus d’indifférence que d’intérêt, ou encore, les gens semblent prêts à acheter un de mes livres, mais seulement s’ils peuvent l’acheter dans une librairie au lieu de l’acheter là, drette là, directement de moi, pour m’encourager, avoir une dédicace, et payer moins cher, en plus… mais comme mes livres ne sont pas en librairies, alors ben coudonc, tant pis, ils ne les achèteront pas… (J’avoue que celle-là, j’ai de la misère à la comprendre.)

Alors voilà, j’aime les salons du livre et je m’y sens à ma place, mais en même temps, j’ai l’impression que j’y perds mon temps et mon argent, car oui, il faut payer pour s’y inscrire.

«Oui, mais c’est bon pour te faire connaître!» Me faire connaître? Voyons donc… Si les gens passent tout droit devant ma table, même s’ils ont pris une carte d’affaire, un signet ou un feuillet, ils ne vont pas plus s’intéresser à mes oeuvres une fois qu’ils seront de retour chez eux, ou qu’ils se rendront dans une librairie, où il ne trouveront pas mes oeuvres.

Je me suis fait faire un t-shirt sur lequel j’ai écrit «Auteure inconnue», car oui, c’est comme ça que je me sens. Je vais certainement le porter à Gatineau. Ça peut sembler négatif, mais ce n’est pas comme ça que je le vois… Je suis une auteure, et genre plus de 99,99999999% des gens ne me connaissent pas et ne connaissent pas mes livres. Je suis donc une auteure inconnue. Et je vais continuer à participer à des salons du livres, à essayer d’établir des contacts avec des lecteurs, et surtout, à écrire, à créer les meilleurs livres que je peux créer… Jusqu’à ce que je puisse porter un t-shirt «Auteure quand même pas pire connue», ou même un t-shirt «Auteure célèbre», tissé en soie et brodé avec du fil d’or, tsé, rendue là.

Je trouve que c’est un objectif de vie comme un autre, et c’est pas mal le seul qui m’intéresse.

Pour l’instant, je vais me préparer pour les deux salons qui s’en viennent. J’avais fait un sondage dans mon blogue, le 13 juillet, pour demander aux gens ce que je devrais faire pour mes prochains salons du livre. Le temps est donc venu d’essayer les suggestions les plus populaires! Je vais amener la toile que j’ai peinte pour Ourse Ardente avec moi, et je vais préparer des feuilles qui présentent le résumé de chacun de mes livres.

À bientot! (Si vous passez par Gatineau ou Sainte-Marie de Beauce, là…)

Ça a l'air d'un bordel comme un autre, mais il s'agit de l'espace de rangement réservé pour mes livres et mon maériel promotionnel.

Ça a l’air d’un bordel comme un autre, mais il s’agit de l’espace de rangement réservé pour mes livres et mon matériel promotionnel.

Sondage!

Le vendredi 8 juillet dernier, j’ai passé la journée à l’Expo de Trois-Rivières en compagnie de l’auteure de romans fantastiques Karine Dorion et de Sandrine Plante, créatrice de bijoux et d’accessoires vraiment originaux.

J’ai passé une belle journée, j’ai rencontré plein de gens sympathiques pour leur parler un peu de mes livres, et j’ai même vendu 3 copies d’Ourse Ardente.

Je ne participe pas souvent à des événements pour présenter mes livres, mais quand je le fais, j’apporte toujours avec moi une bonne quantité de signets, de cartes d’affaires et d’aimants pour le frigo, que j’offre gratuitement aux gens qui viennent me voir. Les enfants semblent particulièrement les apprécier!

Après ma journée à Trois-Rivières, je me suis demandé ce que je pourrais faire de plus pour attirer l’attention des passants, pour leur donner des informations sur mes livres, pour qu’ils se souviennent de moi, pour que leur visite de ma table d’auteure soit plus agréable et intéressante que de simplement passer devant une table sur laquelle il y a des livres d’exposés, et pour, peut-être, qu’ils aient envie de m’acheter un livre.

Les gens que je rencontre lors d’événements d’auteurs me demandent souvent si mes livres sont disponibles dans les librairies… Quand je leur répond non, ils ont l’air déçu, et ça s’arrête là.

En tant qu’artiste et auteure indépendante, je travaille fort pour essayer de vendre mes oeuvres moi-même, lors d’événements, ou sur mon site internet.

J’ai donc essayé de penser à quelques idées pour rendre mes futures tables d’auteure plus attrayantes et plus originales. J’aimerais que vous, chers lecteurs et chères lectrices, preniez quelques secondes pour lire mes idées, et que vous votiez pour vos idées préférées. Si vous avez des suggestions, je vous invite à me les partager dans un commentaire!

 

Merci d’avoir pris le temps de participer à ce fabuleux sondage, et n’hésitez pas à me donner vos suggestions, même si elles semblent bizarres ou pas très réalistes… Ça pourrait être amusant, et on ne sait jamais ce que ça pourrait inspirer!

En route vers le Salon de l’Éducation!

C’est demain! C’est demain que je vais présenter le tout premier album des aventures de Gontrand le Chevalier devant un public qui, je l’espère, existera, et sera intéressé par ma présentation.

J’ai l’impression que ça fait des mois que je prépare ça… J’ai préparé chacune des pages de ma bande dessinée pour l’impression, j’ai préparé et fait imprimer la bande dessinée sur le site lulu.com, j’ai fait des dessins pour un PowerPoint que je vais projeter pendant ma présentation… Beaucoup de travail. Donc genre s’il y a juste 2 ou 3 personnes qui viennent m’écouter parler, je risque d’être déçue un peu.

Pas parce que je suis super excitée à l’idée de parler en public… Je n’aime pas ça, même si ça a l’air que je m’en sors bien. Mais tant qu’à avoir accepté de participer à cet événement et à avoir préparé tout ça, j’aimerais que mes parents ne soient pas les seules personnes dans la salle!

Quel événement? La Foire du Livre Buropro Citation du Salon de l’Éducation Centre-du-Québec! Ça va se passer au Complexe Sacré-Coeur de Victoriaville, de 13h à 20h.

J’aurai des signets gratuits pour les gens qui viendront me voir, et Buropro Citation s’occupera de la vente de l’album de Gontrand, mais aussi de mes autres oeuvres, Le Parfum du Vent et Ourse Ardente et 15 autres histoires.

Une multitude de signets!

Une multitude de signets!

Je n’apporterai pas beaucoup de copies de chaque livre… D’habitude, quand je participe à un événement pour vendre des livres, mes parents me forcent à amener 10 000 boîtes pleines de livres, et je finis par en vendre 1 ou 2… Ok, j’exagère sur le nombre de boîtes de livres, mais je n’exagère pas sur le nombre de livres vendus, ce que vous avez déjà remarqué si vous suivez mon blogue depuis quelque temps.

Donc, demain, je n’apporterai qu’une seule boîte. On dit souvent qu’il vaut mieux en avoir trop que pas assez… Mais cette fois-là, j’ai plutôt envie de me dire que je me sentirais peut-être cool si je n’en avais pas assez. Ça voudrait dire que j’ai vendu plus qu’un ou 2 livres, et en manquer, c’est sûrement plus valorisant que de repartir à la maison avec 10 000 boîtes de livres pleines.

1 boîte, c'est moins lourd et encombrant que 10 000 boîtes.

1 boîte, c’est moins lourd et encombrant que 10 000 boîtes.

Bon, il me reste maintenant à «apprendre» mon texte pour ma présentation de demain, que je devrai en fait faire 2 fois, à 14h45 et à 17h15.

À demain, public impatient!

Les avantages de ne pas être lue

Aujourd’hui, j’ai reçu un courriel que je m’étais écrit le 12 mars 2014.

Oui oui! C’est grâce au site Futureme.org, qui permet d’écrire et d’envoyer une lettre à son soi-même du futur, à la date de son choix. Ça ne sert pas à grand-chose, mais ça peut être une manière amusante de voir comment sa vie a changé avec les années.

Le 12 mars 2014, donc, je disais que j’étais en train de réviser le texte de Le Parfum du Vent en vue de le faire publier. Je trouvais ça stressant, et je n’étais pas certaine si j’allais réussir à rejoindre des gens avec mon histoire, ou si mon livre allait passer complètement inaperçu.

Ouins… 2 ans plus tard, oui, je suis officiellement devenue une auteure, mais on ne peut pas dire que j’ai un fan club. J’ai vendu des livres, oui, mais j’ai la très forte impression que la majorité des gens qui les ont achetés ne les ont pas (encore?) lus, et ne les liront peut-être jamais.

Dans mon courriel écrit en 2014, je demandais à ma moi du futur si elle allait avoir publié d’autres livres rendue en 2016. Eh bien, oui… J’ai récemment publié un recueil d’histoires courtes, en version numérique (et bientôt en version imprimée!!). Même si je le vends pour 1$, une seule personne l’a acheté. 3 personnes que je ne connais pas l’ont téléchargé, mais uniquement parce qu’il était gratuit dans le cadre d’une promotion sur Smashwords.

Passer inaperçue, c’est ma spécialité.

Pour ne pas me décourager pendant ma lente ascension vers les nébuleux sommets de la popularité littéraire, je me suis demandé s’il existait des avantages, pour une auteure, de ne pas être lue. Et j’en ai trouvé! Voici donc:

Les avantages de ne pas être lue

  • Puisque le nombre de gens qui ont lu mon roman et qui ont été inspirés à laisser leurs commentaires sur leur appréciation de leur lecture peut se compter sur les doigts d’une main, je sais qu’il n’existe aucune critique cruelle et non-constructive de mon oeuvre nulle part sur internet.
  • Il n’y a pas grand monde pour me supplier d’écrire plus vite parce qu’ils sont impatients de lire mon prochain livre, ce qui fait que je peux avancer à mon rythme sans me sentir trop coupable de laisser mes admirateurs en détresse.
  • C’est plus facile pour moi d’écrire ce que j’ai envie d’écrire, sans me demander si mes lecteurs vont aimer ou ne pas aimer ce que je fais.
  • Je ne pourrai jamais m’enfler la tête avec mon succès fulgurant, au point de ne pas être capable de sortir de chez nous.
  • Je ne reçois pas de milliers de lettres d’admirateurs en délire ou d’invitations à des galas ou autres événements littéraires, ce qui me laisse plus de temps pour écrire et me concentrer sur mes différents projets.
  • Je n’ai pas le choix de continuer à penser à des manières créatives d’attirer l’attention sur mes oeuvres… à répétition, parce que ça ne marche jamais.

Justement! Il sera bientôt possible d’acheter le recueil Ourse Ardente et 15 autres histoires en version vrai livre imprimé, avec de belles petites illustrations, une pour chaque histoire.

J’ai envie de faire un petit concours, et d’offrir une copie dédicacée du recueil à une des personnes qui sont inscrites à ma liste de diffusion. Si vous êtes déjà sur la liste, vous saurez bientôt comment participer à ce concours. Si vous n’êtes pas sur la liste, vous pouvez vous inscrire ici: http://www.myriamplante.com/fr/nouvelles.htm

Voici l'illustration qui accompagnera l'histoire Ourse Ardente, dans la version imprimée de mon recueil d'histoires courtes!

Voici l’illustration qui accompagnera l’histoire Ourse Ardente, dans la version imprimée de mon recueil d’histoires courtes!