J’ai peur des gens

Je ne suis pas une fille très sociable, et je ne me sens pas à l’aise avec tout le monde. Pas avec n’importe qui. Et ça m’arrive de me dire que c’est parce que parfois, j’ai peur des gens.

Pourquoi?

J’ai peur des gens parce qu’il y en a qui semblent croire que d’autres méritent de mourir à cause de la couleur de leur peau. Parce qu’il y en a qui méprisent ceux qui ne leur ressemblent pas. Parce qu’il y en a qui sont fiers de déclarer qu’ils sont racistes. Parce qu’il y en a qui ont décidé que la pandémie n’était qu’un mensonge ou une conspiration, et qu’ils se moquent de ceux qui prennent la mort et la souffrance au sérieux. Parce qu’il y en a qui semblent vouloir profiter de la situation pour mettre en place des lois qui n’ont pas d’allure. Parce qu’il y en a qui, derrière leur écran, se permettent d’insulter, de ridiculiser et de rabaisser ceux qui ne pensent pas comme eux, qui ne partagent pas leurs valeurs, leurs opinions et leurs certitudes. Et je pourrais énumérer plusieurs autres raisons…

Est-ce qu’on ne pourrait pas juste être gentils et bienveillants les uns envers les autres? Si c’est trop difficile de s’aimer, est-ce qu’on pourrait au moins juste se respecter, et respecter le fait qu’on est tous différents? Come on, la gang, je suis sûre qu’on est capables!

J’ai peur des êtres humains parce qu’ils peuvent être méchants, cruels, violents, égoïstes, méprisants et stupides… Alors que je sais très bien qu’ils peuvent aussi être honnêtes, généreux, tolérants, altruistes, et pleins de compassion et de bonnes intentions.

Mais des fois… on dirait que ça ne leur tente juste pas?

 

Ça peut sembler bizarre de dire que j’ai peur des gens mais que j’aime les films d’horreur… Mais sérieusement, je n’ai jamais vu un film aussi effrayant que la réalité. Et même quand un film est troublant, révoltant ou dégoûtant, ce n’est qu’un film, une histoire. Personne n’a souffert pour de vrai.

Et d’une certaine manière, je pense que le fait de regarder des films d’horreur, ou certains films, en tout cas, me permet d’essayer de mieux comprendre les gens. D’essayer de mieux comprendre leurs motivations, leurs forces et leurs faiblesses. C’est quelque chose que je ne sais pas comment bien expliquer, mais je pense que les fantômes, les adorateurs de Satan qui font des sacrifices humains, les vampires, les poupées maléfiques, et même les tueurs fous m’aident à avoir une meilleure vision de l’humanité.

C’est aussi un peu pour ça que j’écris.

Dans mes histoires, il y a des personnages méchants, oui. Et des bonnes personnes qui peuvent faire de mauvaises choses. Mais pour les rendre crédibles, il faut que je me mette à leur place pour comprendre pourquoi ils font ce qu’ils font, et pour essayer de le faire comprendre aux lecteurs.

Et puis, en tant qu’auteure, je peux m’arranger pour punir les personnages qui sont vraiment horribles… Et en montrant des exemples de personnages bien intentionnés qui se retrouvent dans des situations douloureuses ou injustes, mais qui ne deviennent pas des monstres pour autant, je pense que je me crée un peu de réconfort.

Donc, j’ai peur des gens, mais je ne les déteste pas. Je sais qu’ils sont capables du meilleur comme du pire, et j’essaie, à ma manière, de comprendre pourquoi…

 

Il y a des moments où je suis juste découragée

Aujourd’hui, c’était la première journée de la vente trottoir. En principe, ça devait durer jusqu’à 9h ce soir, mais à cause du vent et de la pluie, je suis rentrée chez nous plus tôt que prévu.

Il y avait quand même un peu de monde sur la rue, mais très peu d’intérêt pour mon kiosque. Malgré tout, je souriais aux passants, je faisais des efforts pour rester positive, pour me dire que je n’avais pas investi mon temps, mes efforts et mon argent pour rien. Comme je le fais à chaque fois.

Puis, la pluie qui est venue gâcher la journée, et qui risque de gâcher aussi les deux prochaines journées de la vente trottoir.

Ce qui me décourage, ce n’est pas la mauvaise température. Ce qui me décourage, me fait de la peine, et me fait un peu mal, aussi, c’est le constat que l’indifférence et le manque d’intérêt des gens, ajoutés au sentiment d’être insignifiante et d’avoir travaillé fort pour rien, c’est exactement ce qui se passe à chaque fois.

À chaque fois que j’essaie quelque chose. À chaque fois que je participe à un évènement avec mes livres, à chaque fois que j’ai une idée, un projet, un plan. Peu importe le temps, les efforts, et l’argent que j’investis. Peu importe à quel point je suis passionnée, enthousiaste et déterminée. Ça ne donne jamais rien, ou si ça donne quelque chose, c’est quelque chose de minuscule: un tout petit peu de fierté, un tout petit peu de joie, un tout petit peu d’argent. Deux ou trois nouvelles personnes qui vont peut-être lire un de mes livres, qui vont peut-être l’aimer, mais qui ne m’en parleront probablement pas.

Et quand je pense à tout ça, je me mets à penser à une idée géniale que j’ai eue pour le lancement de mon livre dont vous êtes le héros. Ça fait une éternité que je travaille dessus, et quand il va être enfin prêt, je veux organiser un «lancement de livre dont vous êtes le héros»… J’adore mon idée. C’est un projet sur lequel j’ai hâte de travailler, mais en même temps, je suis terrifiée… Il n’y aura probablement personne. Ça n’intéressera personne, ça n’attirera personne, et je pense au temps et aux efforts que je vais fournir pour essayer d’en faire un évènement unique et vraiment cool, et j’ai peur de juste être déçue et découragée à la fin de cette journée-là. Avoir des plans précis pour son futur, c’est important, non?

Un des voisins de mes parents est passé devant mon kiosque à la vente trottoir, et il m’a demandé comment je trouvais le temps et l’énergie pour écrire et publier autant de livres. Je lui ai répondu, avec un sourire, que dans la vie, il faut choisir ses priorités… Et je le pense vraiment. Écrire, pour moi, c’est une priorité. J’ai besoin d’écrire. Mes histoires, mes personnages, mes livres, c’est important pour moi.

Mais le monde s’en fout, de mes livres. Le monde n’a pas besoin de mes livres. Je pense que la seule personne qui a vraiment, vraiment besoin de mes livres, c’est moi.

Mais je ne dois pas être la seule artiste à penser comme ça au moins une fois de temps en temps… n’est-ce pas?

C’est pour ça que malgré les déceptions, les frustrations, et tout le reste, je n’abandonnerai pas. Je ne peux pas abandonner. J’aime écrire, j’aime créer mes livres. J’aime ce que je fais. Je n’ai pas peur de continuer à travailler fort et à essayer de me lancer dans des nouveaux projets. Mais j’aimerais juste ça, au moins une fois de temps en temps, avoir l’impression que je n’ai pas travaillé pour rien.

Il me semble que ça doit être agréable et valorisant…