Opération Bibliothèques, ou l’art de choisir ses investissements

En Février, j’ai reçu une lettre m’annonçant fièrement que pour une 4e année consécutive, je n’avais pas gagné d’argent grâce à mes livres inscrits au Programme du droit de prêt public.

Pour faire une histoire courte, chaque année, les gens de ce programme cherchent dans les catalogues de 7 bibliothèques francophones au hasard dans tout le Canada, et chaque fois qu’ils y trouvent un des livres inscrits au programme, ils versent environ 50$ à l’auteur de ce livre.

C’est donc plus simple de recevoir de l’argent grâce à ce programme quand on n’est pas un auteur inconnu, quand nos livres se retrouvent automatiquement dans toutes les bibliothèques du monde entier dès leur publication, et quand on ne s’appelle pas Myriam Plante, peut-être, parce que je n’ai jamais rien reçu d’autre que des lettres avec des 0. Bon, bien sûr, mes livres ne sont pas dans beaucoup de bibliothèques, mais ils sont dans quelques bibliothèques, que le hasard n’a jamais sélectionnées.

Pour essayer de changer cette situation, et en espérant recevoir au moins 50$ en Février 2019, j’ai lancé Opération Bibliothèques. Mon plan c’était d’écrire à plusieurs bibliothèques faisant partie d’un large groupe de bibliothèques partenaires du programme, et de leur proposer d’acheter mes livres.

Jusqu’à maintenant, j’ai eu une seule réponse… Parce que la bibliothécaire est une cousine de mon père, et qu’elle avait déjà acheté «Le Parfum du Vent». Elle m’a donc acheté «Le Goût de l’Eau» pour compléter la série.

Le mois passé, j’ai enfin eu une réponse d’une autre bibliothèque, qui me demandait si mes livres étaient disponibles dans une des librairies de la ville, parce qu’ils ont l’obligation d’acheter tous leurs livres dans des librairies.

Oups… Je ne sais pas si c’est le cas pour toutes les bibliothèques du Québec, mais je suppose que c’est le cas pour plusieurs bibliothèques.

Vu que cette gentille bibliothécaire avait au moins pris le temps de me répondre, je lui ai demandé s’ils acceptaient les dons, en disant que j’étais prête à leur envoyer mon premier roman gratuitement. Elle m’a répondu qu’ils acceptaient les dons, et que mon livre serait ajouté à leur collection s’il répondait à leurs standards.

Je pense que je vais devoir changer le plan d’Opération Bibliothèques, et au lieu de proposer aux bibliothèques d’acheter mes livres, de leur demander si je peux leur envoyer un livre gratuitement… Je suis sûre que mes courriels vont recevoir beaucoup plus de réponses comme ça.

Ça veut donc dire que je vais envoyer (peut-être!) plein de livres gratuits, sans pouvoir m’attendre à recevoir quoi que ce soit en retour, parce qu’en fin de compte, c’est pas sûr que ces livres-là vont être trouvés par les gens du DPP en Février prochain.

C’est un investissement risqué… Mais bon, les livres, ça sert à être lu, et pas à rester empilés dans des boîtes… N’est-ce pas?

Un souvenir de la fois que je m’étais construit un trône en boîtes de livres… Il me reste moins de boîtes aujourd’hui, mais il m’en reste encore.

Advertisements

La richesse d’une auteure inconnue

Vous êtes-vous déjà demandé combien d’argent gagnent vos auteurs préférés?

Je crois que tout le monde peut s’entendre pour dire qu’en général, être auteur, surtout un auteur indépendant, ce n’est pas très payant… Mais vous êtes-vous déjà demandé combien d’argent un auteur pouvait gagner?

Parler de leur ri¢he$$e est un sujet que les auteurs, les artistes, et les gens en général préfèrent souvent éviter, je pense. Ne reculant devant rien pour vous faire découvrir les coulisses de ma vie fabuleuse d’auteure inconnue, je vais vous montrer combien d’argent j’ai gagné avec mes livres pendant le mois de Mai!

Tout d’abord… En Mai, je n’ai vendu aucun livre en personne, ni à partir de mon site internet, et ma mère n’en a vendu aucun non plus. 0$

Voyons voir le rapport de mes redevances sur Amazon

Les chiffres ne mentent pas!

Pour être bien certain que je comprenne, Amazon ne se contente pas de m’indiquer que j’ai gagné 0$ en argent Canadien, mais m’explique aussi que j’ai gagné 0$ en argent Américain, 0 Euros, 0 toutes ces autres devises à travers le monde. 0$

Mes rapports sur Smashwords et sur Lulu sont aussi formels: aucun livre de vendu en Mai. 0$

Ah, mais au début du mois de Mai, j’ai lancé mon Mini Livre Gratuit, en version numérique! Sur la page qui permet de télécharger gratuitement le livre, j’offre la possibilité aux gens de faire un don de 1$, s’ils en ont envie. Une personne l’a fait, mais Paypal a décidé qu’après ses frais d’utilisation, ce don de 1$ devenait pour moi 67¢. 67¢

C’est bien beau tout ça, mais la vie d’auteure inconnue, ça demande aussi des investissements! En Mai, je me suis inscrite pour participer au 2e Salon à compte d’auteur de Gatineau, qui aura lieu en Octobre. J’ai aussi profité d’une opportunité de publicité avec le Salon littéraire du Québec. En tout, ça m’a coûté 200$ pour essayer de promouvoir ma lucrative carrière. -200$

J’ai aussi fait un petit essai, et j’ai investi 4$ en publicités sur Facebook, pour essayer de faire connaître mon Mini Livre Gratuit… -4$

Voici venu le temps du grand calcul: 0$+0$+0$+67¢-200$-4$= -203,33$

Eh oui, en Mai, l’auteure inconnue que je suis a donc gagné -203,33$ grâce à ses livres!

Que me réserve le mois de Juin? Seul le temps nous le dira!