La vie d’une auteure (in)connue

Aah, je peux enfin me reposer! J’ai été un peu pas mal occupée ces derniers temps…

Le 15 Octobre, c’était le 2e Salon à compte d’auteure de Gatineau. Malheureusement, il y avait beaucoup plus d’auteurs que de lecteurs dans la salle… Les gens n’étaient pas au rendez-vous, et j’ai vendu 2 livres.

J’étais un peu découragée, et j’espérais qu’il y aurait plus de monde que ça au 1er Salon littéraire du Québec à Victoriaville les 21 et 22 Octobre…

Eh oui, il y a eu plus de monde! L’achalandage n’était pas à la hauteur des attentes des organisateurs et de la plupart des auteurs, je crois bien, mais moi, en comparant avec l’achalandage, ou plutôt le manque d’achalandage de Gatineau, j’étais bien contente.

C’est toujours le fun de revoir des auteurs que j’ai déjà rencontrés dans d’autres événements, et d’échanger quelques mots… ou plusieurs mots. Je me sens à ma place dans ces Salons-là. Même si ça a l’air que je suis pourrie pour intéresser les lecteurs potentiels… Quand même, ça fait du bien de passer du temps entourée de gens qui ont des choses en commun avec moi: des histoires à raconter, des idées plein la tête, une passion pour l’écriture, de l’espoir de rejoindre les gens avec leurs oeuvres, et dans plusieurs cas, le désir de rester indépendants, loin des « vraies » maisons d’édition.

Pour mon lancement, je me suis déguisée en auteure connue. Quel costume incroyable et astucieux!

Je suis contente de mon dernier Salon. C’était un bel événement, les organisateurs ont travaillé fort, et ça paraissait. Je suis contente d’avoir eu mes deux cousines avec moi, et d’avoir pu leur montrer comment ça se passe un Salon du livre.

Ah oui, c’était mon lancement pour «Le Goût de l’Eau», aussi! Je n’avais pas beaucoup d’attentes… Je n’étais pas vraiment stressée non plus; j’avais surtout hâte que ça soit fini, vu que j’ai passé des mois à travailler sur la publication de mon livre et à me préparer pour le lancement… Il fallait que ça se fasse, j’étais prête!

Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait beaucoup de monde… Et en effet, il n’y a pas eu tant de monde que ça. Mais tsé, dans le fond… Ça peut être facile de se dire «Il n’y avait presque personne, juste du monde de ma famille, des voisins, des amis»… Mais au fond, ce n’est pas «juste ça»! C’est tellement cool! Des gens que je connais, certains que je connais beaucoup, d’autres que je connais moins, se sont déplacés pour ME voir, pour ME soutenir, pour assister à MON lancement, au dévoilement officiel de MON livre. Des gens qui étaient contents d’être là, qui ont souri, qui ont ri, qui ont pris des photos, qui ont acheté une copie de mon livre, ou qui l’ont contemplé, au moins. Des gens pour qui c’était important d’être là. Des gens qui sont fiers de connaître une auteure inconnue. Des gens qui trouvent ça inspirant de me voir réaliser mes rêves. Des gens qui m’ont félicitée, qui m’ont écrit des messages super gentils dans ma pochette-souvenir. Des gens qui m’ont donné des petits cadeaux.

Je suis touchée par les petits mots vraiment gentils que les gens présents à mon lancement ont laissé dans ma pochette-souvenir. Merci!

Merci à tous ceux qui sont venus me voir. Bien sûr, mon but reste d’écrire tellement de livres que je ne pourrai pas faire autrement que de dominer le monde (puisque mes livres l’auront envahi et seront partout), mais tout ça, ça commence avec vous.

Bon… Maintenant que j’ai dû socialiser avec plein de monde, ce qui n’est pas vraiment dans ma nature, je retourne au fond de mon antre pour travailler sur de nouvelles histoires.

Advertisements

En route vers le Salon de l’Éducation!

C’est demain! C’est demain que je vais présenter le tout premier album des aventures de Gontrand le Chevalier devant un public qui, je l’espère, existera, et sera intéressé par ma présentation.

J’ai l’impression que ça fait des mois que je prépare ça… J’ai préparé chacune des pages de ma bande dessinée pour l’impression, j’ai préparé et fait imprimer la bande dessinée sur le site lulu.com, j’ai fait des dessins pour un PowerPoint que je vais projeter pendant ma présentation… Beaucoup de travail. Donc genre s’il y a juste 2 ou 3 personnes qui viennent m’écouter parler, je risque d’être déçue un peu.

Pas parce que je suis super excitée à l’idée de parler en public… Je n’aime pas ça, même si ça a l’air que je m’en sors bien. Mais tant qu’à avoir accepté de participer à cet événement et à avoir préparé tout ça, j’aimerais que mes parents ne soient pas les seules personnes dans la salle!

Quel événement? La Foire du Livre Buropro Citation du Salon de l’Éducation Centre-du-Québec! Ça va se passer au Complexe Sacré-Coeur de Victoriaville, de 13h à 20h.

J’aurai des signets gratuits pour les gens qui viendront me voir, et Buropro Citation s’occupera de la vente de l’album de Gontrand, mais aussi de mes autres oeuvres, Le Parfum du Vent et Ourse Ardente et 15 autres histoires.

Une multitude de signets!

Une multitude de signets!

Je n’apporterai pas beaucoup de copies de chaque livre… D’habitude, quand je participe à un événement pour vendre des livres, mes parents me forcent à amener 10 000 boîtes pleines de livres, et je finis par en vendre 1 ou 2… Ok, j’exagère sur le nombre de boîtes de livres, mais je n’exagère pas sur le nombre de livres vendus, ce que vous avez déjà remarqué si vous suivez mon blogue depuis quelque temps.

Donc, demain, je n’apporterai qu’une seule boîte. On dit souvent qu’il vaut mieux en avoir trop que pas assez… Mais cette fois-là, j’ai plutôt envie de me dire que je me sentirais peut-être cool si je n’en avais pas assez. Ça voudrait dire que j’ai vendu plus qu’un ou 2 livres, et en manquer, c’est sûrement plus valorisant que de repartir à la maison avec 10 000 boîtes de livres pleines.

1 boîte, c'est moins lourd et encombrant que 10 000 boîtes.

1 boîte, c’est moins lourd et encombrant que 10 000 boîtes.

Bon, il me reste maintenant à «apprendre» mon texte pour ma présentation de demain, que je devrai en fait faire 2 fois, à 14h45 et à 17h15.

À demain, public impatient!

Vente-trottoir: Victoire!

Les 20, 21 et 22 août, j’ai participé, pour la toute première fois, à la vente-trottoir qui a eu lieu dans le centre-ville de Victoriaville! Je remercie d’ailleurs Marjolaine Houle de m’avoir suggéré cette idée… Allez voir sa page Facebook, Les Créations Marjobarjo, pour jeter un coup d’oeil à ses bijoux super originaux!

Au début, j’hésitais un peu, et j’avais peur de trouver le temps long, et de ne pas vendre assez de livres pour justifier le prix que j’ai payé pour mon emplacement et mon kiosque… Finalement, ça a été une très belle expérience! J’ai parlé de mon livre à beaucoup de gens sympathiques, j’ai vendu 15 livres, et j’ai pu faire en sorte que plein de monde soient au courant de l’existence de mon roman, que les romans fantastiques les intéressent ou pas!

Je crois que ce qui a été le plus cool, vraiment, c’est de voir quelqu’un arriver à mon kiosque et dire «Je t’en prends un!» sans même m’avoir posé la moindre question sur mon livre! C’est arrivé à deux reprises. Ça m’a donné l’impression que des gens connaissaient l’existence de mon roman, et voulaient l’acheter, mais n’attendaient que la bonne occasion, cette occasion, pour se manifester.

… Peut-être aussi que ma belle nappe jaune les a convaincus, à distance, que mon roman était génial et qu’ils voulaient le lire.

La nappe jaune était un bel investissement.

La nappe jaune était un bel investissement.

Merci à la SDC du centre-ville de Victo pour avoir organisé cet événement. Merci à tous ceux qui sont venus me parler, m’encourager, ou m’acheter une copie de mon roman.

Cette coccinelle est venue m'encourager, et se renseigner sur mes instruments de création.

Cette coccinelle est venue m’encourager, et se renseigner sur mes instruments de création.

Il est maintenant possible d’acheter Le Parfum du Vent chez Orthanc & Loïc, Artisans médiévaux d’ici (situés au 26A Notre-Dame Est), qui ont pris 3 exemplaires de mon livre en consignation! Il est aussi, bien sûr, toujours possible de le commander sur Internet.

Je suis vraiment contente d’avoir pu présenter mon livre aux gens de Victo, à ma manière. Des événements comme celui-là, ça me fait me dire que de voir son roman sur les tablettes d’une librairie, ce n’est pas vraiment important, dans le fond. Voir quelqu’un qui te dit «Je t’en prends un!», et lui dédicacer une copie de mon livre, et la lui remettre en mains propres… c’est vraiment parfait.

Ça me donne envie, encore plus, de continuer à écrire, encore mieux, encore plus vite, chaque jour, toujours, et de publier des milliers de romans, et de partager mes histoires avec des hordes de lecteurs enthousiastes, encore et encore!

Ça me confirme que je suis sur la bonne voie, que je suis en train de faire ce que j’ai toujours voulu faire de ma vie, et que c’est réellement ça que je veux continuer à faire.

Bon, bien sûr, ça ne veut pas dire que tous les gens qui ont acheté mon livre vont l’aimer, ou même simplement le lire… Mais ça, c’est une autre histoire!

Le 3e jour, le Dragon est venu me rendre visite à mon kiosque!

Le 3e jour, le Dragon est venu me rendre visite à mon kiosque!